Dépêches Afrique

 

  • Libye: les luttes de pouvoir engagées en l’absence du maréchal Haftar
    RFI, 19/04/2018 18h43
    L'attentat échoué qui a visé mercredi 18 avril Abdelrazak al-Nadhouri, le chef de l'état-major de l'armée nationale libyenne (ANL) commandée par le maréchal Khalifa Haftar, a mis en évidence la lutte de pouvoir engagée en Libye pour la succession de l'homme fort de l'Est du pays, absent de la scène politique depuis plusieurs jours. Khalifa Haftar est soigné depuis le 9 avril dernier dans un hôpital parisien.

  • «Bring Back Our Girls» réclame des preuves de vie des lycéennes de Chibok
    RFI, 19/04/2018 18h39
    Au Nigeria, la polémique enfle sur le sort des 112 filles de Chibok toujours captives de Boko Haram. Le week-end dernier, des commémorations étaient organisées à Abuja, à Yola et à Lagos pour marquer les quatre ans de leur enlèvement. Depuis, plusieurs appels se succèdent pour exiger des preuves de vie des lycéennes. Tout est parti d'un tweet diffusé le jour des commémorations de l'enlèvement des lycéennes de Chibok. Un message signé d'Ahmad Salkida, qui couvre la crise dans le Nord-Est depuis une dizaine d'années et qui fait partie des rares personnes à avoir suivi de près les négociations sur la libération de certaines lycéennes. D'après lui, sur les 112 lycéennes toujours captives du groupe jihadiste, seulement «une poignée» d'entre elles seraient toujours en vie : 25, selon ce journaliste qui précise que la plupart des jeunes filles auraient été tuées lors de combats avec l'armée. A cela s'ajoutent, selon lui, cinq autres lycéennes embrigadées et qui refuseraient de rentrer chez elles. Pour les familles des otages, on ne peut pas ignorer une telle information. Le mouvement «Bring Back Our Girls» exige des preuves de vie de la part des autorités, qui filtrent toute information.

  • Mali: Moussa Mara annonce sa candidature à la prochaine élection présidentielle
    RFI, 10/04/2018 12h14
    Les candidats à la prochain élection présidentielle du 29 juillet 2018 se bousculent devant le portillon. Ce lundi 9 avril, c'est Moussa Mara, un ancien Premier ministre du président malien Ibrahim Boubacar Keïta, qui s'est déclaré candidat. A 43 ans, ce jeune ambitieux dévoile, avant même l’ouverture de la campagne présidentielle, son programme : «Le renouvellement et le rajeunissement de la classe politique et le leadership de notre pays, la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption des élites, une décente réalisation effective et l’accroissement des revenus des plus pauvres, qui sont majoritaires au Mali».

  • Nigeria: Buhari projette de se présenter pour un second mandat
    RFI, 10/04/2018 12h11
    Le président du Nigeria a officiellement annoncé lundi 9 avril son intention de se présenter pour un second mandat. Muhammadu Buhari vient d'annoncer son intention d'obtenir l'investiture de son parti, le All Progressive Congress (APC), en vue des élections de 2019. Il dit répondre à «la clameur des Nigérians». Après avoir passé cinq mois à Londres pour se faire soigner depuis son élection, en mars 2015, Buhari est souvent déclaré inapte par l'opposition. Il ne fait pas non plus l’unanimité de son propre camp non plus où certains pensent qu'ils peuvent faire mieux.

  • Guinée: un responsable de l'opposition condamné à une peine de prison ferme
    RFI, 10/04/2018 12h07
    Un tribunal de Conakry a condamné ce lundi 9 avril à 18 mois de prison ferme un responsable du principal parti d'opposition guinéen, Ibrahima Sory Camara, pour «outrage, injures et diffamation» à l'encontre du président Alpha Condé. Il a été conduit sous bonne escorte policière à la prison civile de Conakry. Ibrahima Sory Camara, membre actif de l’UFDG de l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo avait été arrêté le 22 mars sur ordre du parquet de Mafanco, dans la proche banlieue de Conakry, pour des propos tenus quelques jours auparavant sur les réseaux sociaux. Il a été déclaré coupable d’injures, d’outrage et de diffamation et la juge lui a également infligé une amende de 2 millions de francs guinéens. Ce verdict est rejeté par les avocats de la défense qui le qualifient «non droit»

  • La situation alimentaire continue de se dégrader au Soudan du Sud
    RFI, 26/02/2018 18h25
    Le nombre de personnes ayant besoin d’aide alimentaire au Soudan du Sud ne cesse d’augmenter. Selon une étude réalisée par les Nations unies et le gouvernement de Juba, plus 7 millions de personnes sont affectées par l’insécurité alimentaire. « La situation alimentaire s’est encore dégradée au cours des derniers mois, insiste Serge Tissot, un responsable de l’Organisation pour l’agriculture et l’alimentation, la FAO. Nous avons plus de 7,1 millions de personnes affectées par la crise alimentaire. C’est beaucoup plus que les années précédentes. C’est un million de plus qu’en 2017. » Bien que les ONG et associations fassent de leur mieux pour venir en aide aux populations, cela reste insuffisant, rappelle la FAO. « Fort heureusement, les acteurs humanitaires ont déjà des activités très importantes sur le terrain, donc on n’a pas de risques de famine à l’heure actuelle. Ce qui n’empêche qu’on ne couvre pas tous les besoins de la population. »

  • Le Kenya interdit l'abattage des arbres pendant trois mois
    RFI, 26/02/2018 18h22
    Au Kenya, le gouvernement tente de répondre à la sécheresse qui s'abat sur le pays. Plusieurs millions de Kényans sont aujourd'hui en situation d'insécurité alimentaire selon la Croix-Rouge, et l'approvisionnement en eau de la capitale est en péril. Le vice-président William Ruto a annoncé ce week-end une interdiction totale de couper des arbres dans les forêts kényanes, et ce pour une durée de trois mois. Le but : mettre un frein à la déforestation et sauver les rivières du pays.

  • Nigeria: le président Buhari reconnaît l’enlèvement des 110 élèves de Dapchi
    RFI, 26/02/2018 18h21
    Au Nigeria, le président nigérian, Muhammadu Buhari, a précisé que le gouvernement « reste aux côtés de celles (les étudiantes de Dapchi) qui ont été enlevées », dans une déclaration lors de la visite, à la présidence, d’une délégation d’anciens otages de Boko Haram. Cette déclaration du président nigérian intervient une semaine après la disparition de 110 élèves, à la suite de l’attaque de leur école, dans le nord-est du pays.


  • Reuters
    La justice britanniq, 06/02/2018 17h15
    La justice britannique a rejeté mardi la demande de Julian Assange, le fondateur du site WikiLeaks, d'abandonner le mandat d'arrêt émis à son encontre en Grande-Bretagne. Assange vit depuis cinq ans retranché dans l'ambassade d'Equateur à Londres craignant que les autorités britanniques décident son extradition vers les Etats-Unis après la publication sur WikiLeaks de documents confidentiels de l'administration américaine. Si Assange quitte l'ambassade équatorienne, il risque d'être arrêté par la police britannique pour s'être soustrait à un mandat d'extradition vers la Suède où la justice demandait sa comparution pour des affaires de viol présumé.

  • Afrique du Sud: report du discours à la nation de Jacob Zuma initialement prévu ce jeudi
    RFI, 06/02/2018 16h46
    C’est la présidente du Parlement sud-africain, Baleka Mbete, qui a fait cette annonce ce mardi en début d’après-midi ajoutant qu’une nouvelle date serait indiquée «très bientôt».


  • Les Forces armées centrafricaines de retour sur le terrain à Paoua
    rfi, 29/01/2018 09h01
    Plus de quatre ans après leur mise à pied par le comité de sanctions de l'ONU en raison de leur implication partielle dans la crise centrafricaine, les Faca sont de retour sur le terrain. Les Forces armées centrafricaines sont arrivées dans la nuit de jeudi à Paoua, où au moins 65 000 personnes sont parties se réfugier en raison de combats entre groupes armés. Et ils participent à la vaste opération menée par la Minusca pour sécuriser la région.

  • Mali: le président IBK redit sa fermeté à lutter contre le terrorisme
    RFI, 29/01/2018 09h00
    Le chef de l'Etat s'est exprimé samedi 27 janvier après s'être rendu à Boni dans le centre du pays où un convoi de commerçants se rendant au marché a sauté sur une mine, jeudi dernier. Hier, un camp militaire a également été lourdement attaqué, à Soumpi, près de Tombouctou. Ibrahim Boubacar Keïta a affirmé qu'il ne reculerait pas.

  • Sécheresse en Afrique du Sud: la région du Cap se prépare à une pénurie d'eau
    RFI, 29/01/2018 08h53
    En Afrique du Sud, la ville du Cap, touchée par la sécheresse depuis de longs mois, pourrait bientôt être la première grande ville au monde à manquer complètement d’eau. La municipalité du Cap doit activer ce lundi 29 janvier son centre de gestion des désastres, qui doit gérer le dispositif d’urgence « Jour Zéro », c’est-à-dire le jour où les réserves d’eau de la ville atteindront le stade critique de 13,5% de leurs capacités. Ce jour a été avancé au 12 avril en début de semaine dernière. Ce jour-là, l’approvisionnement en eau courante sera coupé. 200 points de distribution d’eau seront alors activés à travers toute la métropole du Cap pour tenter de fournir une ration minimum aux habitants.

  • Ethiopie: coup d’envoi du sommet de l’UA à Addis Abeba
    RFI, 29/01/2018 08h49
    Le 30ème sommet de l’Union africaine (UA) s’est ouvert dimanche, 28 janvier, à Addis Abeba. Le président guinéen Alpha Condé passe le témoin de la présidence à son homologue rwandais Paul Kagame. En dehors du thème générique de la lutte contre la corruption et des dossiers politiques, les dirigeants africains vont aussi se pencher, dimanche et lundi, sur le projet de réforme l'organisation panafricaine.

  • Tchad: les autorités cherchent des solutions pour renflouer les caisses du pays
    AFP, 22/01/2018 08h48
    Le Tchad peine encore à sortir de la crise économique engendrée par la chute des cours du baril de pétrole depuis 2014, d’autant que la rente pétrolière représente plus de 70% du budget de l’Etat. Le budget 2018 pour le Tchad prévoit des recettes de environ 846 milliards de francs CFA, contre 690 milliards l’année dernière. Ce qui fait donc une légère augmentation de 156 milliards de francs CFA. Comment arriver à mobiliser les recettes prévues et faire peut-être plus ? Les autorités comptent renforcer la lutte contre la corruption, un fléau qui s’est renforcé depuis que le Tchad exporte du pétrole.

  • R.D.Congo : nouvelle répression meurtrière
    AFP, 22/01/2018 08h45
    Dimanche, des milliers de personnes ont manifesté dans tout le pays à l'appel d'un collectif de catholiques. Ils réclamaient une nouvelle fois le départ du Président Joseph Kabila. Les interventions de la police ont couté la vie à au moins 6 personnes. Malgré l'interdiction des Autorités, ils ont maintenu leur marche pacifique, juste après la messe, à l'appel du comité laïc de coordination. Mais au bout d'une centaine de mètres, les manifestants anti-Kabila se sont retrouvés face au premier barrage policier. Très vite, la situation a dégénéré. La police a dispersé le cortège avec des gaz lacrymogènes mais aussi des balles réelles, les manifestants se sont repliés dans une église de Kinshasa. D'une paroisse à l'autre de la capitale, les témoignages sont semblables. Les manifestants demandent au Président Joseph Kabila de déclarer publiquement qu'il ne briguera pas un troisième mandat. Le 31 décembre dernier, la répression violente de marches similaires a fait 6 morts selon l'ONU. Depuis, l'église a durci sa position contre le gouvernement. Ce dimanche, les marcheurs ont opposé plus de résistance aux policiers dans les manifestations qui se sont déroulées dans plusieurs villes du pays, comme par exemple à Goma.


  • Gambie: la nouvelle garde présidentielle prend forme
    RFI, 22/01/2018 08h43
    Un an après le départ de Yahya Jammeh de Gambie, les réformes du secteur de la sécurité démarrent tout juste. En ce qui concerne la sécurité du président Adama Barrow, elle est pour l'instant toujours assurée par les forces de la Micega, la mission de la Cédéao en Gambie, et notamment par des militaires sénégalais. Mais des Gambiens ont été récemment sélectionnés pour former la nouvelle garde présidentielle et prendre la relève. La force de la Micega se prépare en effet à passer la main à une équipe gambienne, qui sera entraînée au Sénégal au cours de ce premier trimestre 2018. Selon le colonel Magatte Ndiaye, à la tête de la mission de la Cédéao en Gambie, il est essentiel d'anticiper le départ de la force internationale : « Depuis longtemps nous avons intégré quelques éléments de la police, mais la protection rapprochée du président incombe à la force de la Cédéao. Il a toujours été une priorité pour nous d'aider les forces de sécurité gambiennes à se réformer, à entraîner leurs hommes, de manière à pouvoir assurer leurs missions régaliennes et transférer progressivement les missions qui sont assumées aujourd'hui par la Cédéao aux forces de défense et de sécurité gambiennes.» Quelque 150 Gambiens ont déjà été sélectionnés pour former une force mixte composée de soldats, de policiers, d'agents des services de renseignement et même de civils.

  • Afrique du Sud: au moins quatre morts dans un accident de train
    RFI, 04/01/2018 13h52
    Selon des témoins, le train aurait percuté un camion, près de la ville de Kroonstad, dans le centre de l'Afrique du Sud, à environ 200 km au sud-ouest de Johannesburg. «Environ une quarantaine de personnes blessées et quatre morts dans un accident de train dans la région de Kroonsta», a twitté le service de secours Netcare 911.


  • Migrants en Libye: l’OIM veut une opération d’envergure pour vider les centres
    RFI, 29/11/2017 15h19
    Le Conseil de sécurité de l'ONU a étudié mardi les options pour lutter contre l'exploitation des migrants en Libye. L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) et le Haut-Commissariat de l'ONU aux réfugiés ont indiqué vouloir mener une opération d'envergure pour vider les centres de détention et rapatrier les migrants dans leur pays d'origine. Cette réunion, organisée à la demande de Paris, intervient près de deux semaines après la diffusion d'images de migrants vendus sur un marché aux esclaves par la chaîne américaine CNN. Il s'agit d'une catastrophe humanitaire d'une ampleur colossale, s'est indigné le directeur de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui a rappelé que la traite des esclaves était connue de son organisation depuis avril dernier mais que le documentaire de CNN lui avait donné un écho mondial.Il faut une opération d'envergure pour sauver des vies, a-t-il plaidé en demandant aux autorités libyennes d'autoriser l'ONU à vider les centres de détention et à rapatrier sur une base volontaire les migrants dans leur pays d'origine ou dans un pays tiers. Mais pour cela, il faudra plus de financement et l'aide des pays concernés pour fournir des documents de voyages aux migrants détenus.

  • Sommet UA-UE à Abidjan: vers une «initiative euro-africaine» sur les migrations
    RFI, 29/11/2017 15h16
    3 000 migrants ont disparu en Méditerranée depuis le début de l’année. 164 000 sont arrivés par la mer en Europe, les trois quarts en Italie, selon les dernières statistiques publiées par l’OIM (l’Organisation internationale des migrations). Malgré des chiffres en baisse par rapport à 2016, la question constitue toujours un enjeu colossal pour l’Europe qui a du mal à gérer cet afflux, comme pour l’Afrique qui voit sa jeunesse fuir massivement le continent. Depuis des semaines et la diffusion des fameuses images de migrants vendus aux enchères, cette question est remontée en tête des préoccupations des gouvernements africains. La question migratoire est d’ailleurs l’un des deux grands thèmes du sommet Afrique-Europe qui s’ouvre pour deux jours à Abidjan.

  • La Sonatel lance le Cloud Pro pour les PME sénégalaises
    APA, 10/10/2014 11h36
    La Sonatel, à travers sa filiale Orange Business services, a lancé jeudi à Dakar une nouvelle offre de service dénommée Cloud Pro d’Orange pour les petits et moyennes entreprises (PME) sénégalaises.

  • 98,22 millions dollars de la BAD pour l'enseignement des sciences biomédicales dans quatre pays de l'Afrique de l'Est
    APA, 10/10/2014 11h35
    Le Conseil d’administration du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, plusieurs prêts, d’un montant total de 98,22 millions de dollars EU, destinés à financer la première phase du programme de Centres d’excellence pour les compétences et l’enseignement supérieur en sciences biomédicales, dans quatre pays de l’Afrique de l’Est.

  • Tanzanie : le texte final du projet de nouvelle constitution présenté au président Kikwete
    APA, 10/10/2014 11h35
    Le texte final du projet de nouvelle constitution de la Tanzanie, qui consacre la parité hommes-femmes, a été présenté mercredi soir au président Jakaya Kikwete lors d’une cérémonie haute en couleurs retransmise en direct depuis le principal stade de Dodoma, siège du Parlement et capitale administrative du pays.

  • ONU : le Camerounais Simon Munzu nommé Représentant spécial adjoint pour la Côte d'Ivoire
    APA, 10/10/2014 11h34
    Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a annoncé mercredi, la nomination de Simon Munzu, du Cameroun, au poste de Représentant spécial adjoint de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI).

  • CPI : Laurent Gbagbo comparaît devant les juges le 4 novembre
    APA, 10/10/2014 11h33
    L’ancien Chef de l’Etat ivoirien, Laurent Gbagbo, poursuivi pour crimes contre l’humanité, comparaîtra le 4 novembre prochain, devant les juges de la Cour pénale internationale (CPI).

  • Le Président Ouattara exhorte les hommes d'affaires coréens à accroitre leurs investissements en Côte d'Ivoire
    APA, 10/10/2014 11h33
    Alassane Ouattara, le Chef de l’Etat ivoirien a exhorté, mercredi, à Séoul, les opérateurs économiques coréens à accroître ‘’ les investissements et échanges’’ entre la Côte d’Ivoire et la Corée.

  • Afrique du Sud: la présidence nie l'implication de Zuma dans une affaire liée à Thalès
    Xinhua, 30/09/2014 14h18
    La présidence sud-africaine a démenti dimanche les allégations selon lesquellesl le président Jacob Zuma serait impliqué dans une affaire d'armes avec le groupe d'armement français Thalès. La présidence a fait cette déclaration en réagissant au reportage de l'hebdomadaire qui affirme M. Zuma aurait accepté 500. 000 rands (46.000 USD) du groupe français vers la fin des années 1990 dans le cadre d'un contrat d'achat d'armes. Selon le Sunday Times, Tathlès aurait aussi offerts des vols, des vêtements de luxe, des fonds juridiques et des séjours luxueux à l'hôtel en Europe à M. Zuma qui était le vice-président à l'époque. En 1997, la filiale sud-africaine de Tathlès a arraché un contrat de 240 millions de dollars sur la vente de quatre frégates.

  • Rwanda: perpétuité confirmée en appel pour le parti au pouvoir lors du génocide
    Reuters, 30/09/2014 14h17
    Le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) a confirmé lundi en appel les peines de prison à perpétuité contre les chefs du parti au pouvoir au Rwanda au moment du "génocide contre les Tutsi" de 1994, dans l'un de ses derniers jugements avant sa fermeture fin 2014. Matthieu Ngirumpatse, ex-président du Mouvement républicain national pour la démocratie et le développement (MRND) de l'ancien président Juvénal Habyarimana, et Edouard Karemera, l'ex-vice président du parti, avaient été condamnés en première instance en 2011 pour génocide et crimes contre l'humanité. "La chambre d’appel, siégeant en audience publique, confirme la peine d'emprisonnement à vie prononcée par la chambre de première instance", a déclaré le juge Theodor Meron à Arusha, en Tanzanie, où siège le TPIR.

  • Les 17 membres de la Commission électorale nationale indépendante du Togo ont prêté serment
    Pana, 30/09/2014 14h16
    Les 17 membres composant la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) du Togo, ont prêté serment hier lundi devant la Cour constitutionnelle, en présence du Premier ministre, Arthème Kwesi Séléagodji Ahoomey-Zunu, a constaté la PANA. Les membres qui ont juré « solennellement de remplir fidèlement et en toute impartialité les fonctions de membre de la Ceni dans le respect de la constitution et du code électoral », ont eu également à élire le bureau d’âge, conformément aux textes avant l’élection définitive des membres du bureau devant organiser les élections.

  • 1,5 milliard de FCFA de la Norvège au Mali pour le redéploiement de l'administration au nord du pays
    Pana, 30/09/2014 14h16
    L’ambassadeur de Norvège au Mali, Hege Hertz-Bzerg et le directeur Pays du PNUD, Boubou Dramane Camara ont procédé, hier lundi, à la signature d’un accord d’un montant de 3 millions der le redéploiement de l'administration au nord du pays dollars (1,5 milliard de FCFA) pour la mise en œuvre du programme dénommé "Restauration de l’autorité de l’État et Retour de la Justice dans le Nord du Mali. Selon une source proche du dossier, cette action fait partie des priorités du gouvernement malien. Elle est soutenue par un programme de 17 millions de dollars (soit plus de 8 milliards de FCFA) mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Le programme vise à appuyer les efforts du gouvernement malien pour le redéploiement de l’administration dans les régions du Nord

  • L'opérateur saoudien Jawraa négocie une entrée sur le marché marocain
    APA, 29/09/2014 09h34
    L’opérateur saoudien de réseau mobile virtuel (MVNO) "Jawraa" serait en négociations avec l’Agence marocaine de régulation des télécommunications (ANRT) pour s’implanter sur le marché marocain des télécommunications.

  • Un haut commandant de Boko Haram capturé par l ' armée camerounaise
    APA, 29/09/2014 09h34
    Le dénommé Abakar Ali, présenté comme l’un des commandants en chef de la secte islamiste nigériane Boko Haram, vient d’être capturé par l’armée camerounaise dans la ville de Kousseri (Extrême-Nord).

  • Le premier Road Show de la BRVM s'ouvre, mardi, à Paris
    APA, 29/09/2014 09h33
    La 1ère édition des Bourses régionales des valeurs mobilières (BRVM), baptisée Investment Days, s’ouvre, mardi à Paris, la capitale française, indique une note d’information de la bourse.

  • Mali / Egypte, affiche de la finale de l'Afrobasket U18 filles
    APA, 26/09/2014 12h20
    La finale du 13e Championnat d'Afrique de basket (Afrobasket) des moins de 18 ans filles opposera, samedi au Caire (Egypte), le Mali à l'Egypte, les deux pays qui ont réussi à s'extraire du Final tour de la compétition.

  • La vice-présidente de Suisse en visite au Cameroun du 26 au 29 septembre
    APA, 26/09/2014 12h19
    La vice-présidente de la Confédération suisse, Simonetta Sommaruga, effectuera une visite officielle au Cameroun du 26 au 29 septembre prochain

  • Risque de conflit dans le basket sénégalais
    APA, 26/09/2014 12h19
    Une nouvelle crise guette le basket sénégalais à la suite de la demande expresse des clubs pour le retour à une fédération, une perspective à laquelle se refuse la structure d'exception en place, le Comité national de normalisation du basket sénégalais (CNBS)

  • Alpha Condé prône l'urgence d'une riposte vigoureuse, urgente et immédiate contre Ebola
    APA, 26/09/2014 12h18
    Le président guinéen, Alpha Condé, s'exprimant au cours d'une réunion des Nations Unies à New York sur Ebola, a prôné l'urgence d’une riposte ‘’vigoureuse, urgente et immédiate’’ contre Ebola

  • La RDC va mettre en place un centre pluridisciplinaire contre les épidémies du type Ebola, selon Kabila
    APA, 26/09/2014 12h18
    La République démocratique du Congo (RDC) va mettre en place, des octobre prochain, un centre pluridisciplinaire "pour former un personnel à même de répondre aux besoins des pays africains qui seront touches" par les épidémies du type Ebola.

  • CPI : le président kényan demande à s'absenter à une audience prévue le 8 octobre
    APA, 26/09/2014 12h17
    Le président kényan, Uhuru Kenyatta, a demandé à la Cour pénale internationale (CPI) l’autorisation de s’absenter à une conférence de mise en état prévue le 8 octobre pour préparer l’ouverture de son procès.

  • La BAD accorde un appui exceptionnel de plus de 66 milliards de FCFA au Soudan
    APA, 26/09/2014 12h16
    Le Groupe de la Banque africaine de développement (BAD) a approuvé, la Fiche Pays 2014-2016 et la Revue de la performance du portefeuille pays du Soudan, en accordant un appui exceptionnel de 133,60 millions de dollars EU, soit plus de 66 milliards de FCFA à ce pays. .

  • Une firme américaine promet la création d'un millier d'emplois au Cameroun
    APA, 26/09/2014 12h16
    La société américano-camerounaise Gulf Steel Industries (GSI) qui s’apprête à lancer les travaux de construction d’une usine de transformation métallurgique à Ombé dans la région du Sud-Ouest, vient de signer un protocole d’accord avec le Fonds national de l’Emploi (FNE), en vue d’un appui technique dans le recrutement d’environ mille employés nécessaires au démarrage de cette unité industrielle.

  • CPI: Geoffrey Henderson désigné Président de la chambre chargée de juger Gbagbo
    APA, 26/09/2014 12h16
    La Cour pénale internationale (CPI) a annoncé, jeudi, que le juge Geoffrey Henderson (Trinité-et-Tobago) a été désigné, Président de la chambre de première instance I en charge de l'affaire de l'ex-Président Laurent Gbagbo.

  • 2 100 jeunes bénévoles à l'assaut de Conakry dans la croisade contre Ebola
    APA, 26/09/2014 12h15
    Le gouvernement guinéen, à travers le ministère de la Jeunesse, a déployé 2.100 volontaires dans les cinq communes de Conakry pour sensibiliser la population contre la fièvre hémorragique Ebola, a-t-on appris jeudi de sources proches du ministère.

  • 116 milliards de la BAD pour la résilience des populations au Sahel
    APA, 26/09/2014 12h15
    La Banque africaine de développement (BAD) vient de débolquer 116 milliards de francs CFA pour le financement du projet 1 du Programme de renforcement de la résilience des populations à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel (P2RS), a appris APA jeudi auprès des responsables du Comité inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel (CILSS). .

  • Mutharika en tête à la course à la présidence au Malawi
    APA, 21/05/2014 18h04
    Des résultats non officiels provenant de plusieurs bureaux de vote ont indiqué mercredi après-midi que le candidat du ‘Democratic People's Party’ (DPP, opposition), Peter Mutharika, avait déjà pris de l’avance sur ses adversaires à la course à la présidence de la République.

    Selon la station de radio Zodiak Broadcasting Station (ZBS), le présidente Joyce Banda arriverait derrière Mutharika et le chef du Malawi Congress Party (MCP), Lazarus Chakwera occuperait la troisième place.

    Selon la ZBS, Peter Mutharika, frère de l'ancien président Bingu décédé en avril 2012 serait solidement aux commandes dans son fief du sud du pays.

    Dans le centre du pays, Chakwera serait en tête, suivi de Mutharika, alors que la présidente Banda n'arriverait qu'en troisième position.

    Mme Banda, la première femme à accéder à la présidence au Malawi et qui passe son premier test électoral depuis qu'elle a remplacé le président Bingu wa Mutharika décédé en avril 2012, serait en pôle position dans le nord du pays où elle serait suivie respectivement de Mutharika et de Chakwera.

    Le candidat de l'UDF, Atupele Muluzi, fils de l'ancien président Bakili Muluzi arrive à la quatrième place, même dans certaines contrées considérées comme étant son fief.

    Selon les observateurs politiques, ces élections seraient parmi les plus serrées de l'histoire du Malawi, depuis l'avènement de la démocratie dans ce pays en 1994, ce qui rend difficile tout pronostic quant à une victoire nette de l'un des 12 candidats en lice.

    En attendant, le vote est entré dans sa seconde journée au niveau de 13 centres où le vote a été interrompu mardi.

    Pus de sept millions d'électeurs sot appelés à élire un nouveau président, 193 députés et 462 conseillers locaux dans ces toutes premières élections multipartites mettant aux prise près de 53 formations politiques.

    Malgré quelques couacs notés au début du vote dans certaines zones, les opérations se sont poursuivies dans le calme et la discipline.


  • Les membres du nouveau parlement sud-Africain prêtent serment
    Pana, 21/05/2014 17h58
    Le premier parlement démocratique sud-africain a tenu ce mercredi sa première session après les élections de 2014 pour procéder à la prestation de serment des nouveaux parlementaires et à l'élection officielle de Jacob Zuma comme Président de la République sud-africaine.

    Le président Zuma entame ainsi à son deuxième mandat comme Président de l'Afrique du Sud et du parti au pouvoir, l'ANC. La cérémonie de prestation de serment des 400 nouveaux parlementaires sud-africains a été présidée par le juge en chef Mogoeng Mogoeng.

    Le jeune chef du parti d'opposition des combattants pour la liberté économique(EFF), M. Julius Malema, un farouche adversaire et ennemi juré du Président Zuma, a ajouté de la couleur à la cérémonie de prestation des nouveaux députés sud-africains, par sa présence.

    Habillés en tenues rouges et des bottes noires en caoutchouc, les membres du parti EFF, ont fait rire une partie de l'assistance durant la cérémonie. Les combattants pour la liberté économique (EFF) , venus en troisième position lors des élections, ont obtenu 25 sièges à l'Assemblée sud-africaine.

    La cérémonie de prestation de ce mercredi a été aussi marquée par l'élection du président de l'Assemblée nationale sud-africaine, en la personne de Baleka Mbete, un membre de l'ANC qui a dirigé le même poste de 2004 à 2008.

    L'élection du Whip en chef de l'Assemblée, M. Stone Sizani, et de son adjoint, Doris Dlakude, et celle du vice-président de l'Assemblée, M. Lechesa, ont également été les points saillants de la cérémonie.

    "Tous ces leaders vont amener avec eux à l'Assemblée, une expérience politique considérable et une expertise avérée des institutions, ce qui enrichira sans aucun doute les travaux de cette nouvelle Assemblée", a déclaré le porte-parole de l'ANC, Moloto Mothapo.

    le Président Zuma, rappelle-t-on, va prêter serment le samedi au "bâtiment de l'union" avant d'annoncer la formation de son nouveau gouvernement.

    Le mouvement syndical sud-africain "Solidarity" avait, dans cette perspective, appelé le Président Zuma à ne pas nommer dans son gouvernement des personnalités de moralité douteuse.


  • Kenya: 10 tués, plus de 70 blessés dans une double explosion sur un marché de Nairobi
    AFP, 16/05/2014 16h53
    10 personnes ont été tuées et plus de 70 blessées vendredi dans l'explosion de deux bombes sur un marché proche du centre-ville de Nairobi, la capitale du Kenya, dont l'une dans un minibus, selon les autorités et des sources hospitalières.

    Dix morts, environ 70 blessés dans les explosions (du marché) de Gikomba, a annoncé le Centre kényan de gestions des catastrophes (NDOC) sur son compte Twitter.

    L'hôpital Kenyatta de Nairobi avait plus tôt indiqué avoir reçu huit corps et admis plus de 70 blessés, dont certains saignant abondamment, a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'établissement, Simon Ithae. Nous avons besoin de beaucoup de sang, a-t-il ajouté.

    14 blessés ont également été admis à l'hôpital Guru Nanak, le plus proche du lieu des explosions. Trois sont dans un état critique, mais stable, a déclaré à l'AFP le directeur de l'hôpital Ravi Kaul, la plupart des blessés souffrent de fractures aux bras et aux jambes.

    La Croix-Rouge kényane a mis en place un centre de don de sang à l'hôpital Kenyatta.

    Les explosions ont eu lieu à l'entrée du marché de Gikomba, situé à quelques centaines de mètres du centre-ville, près d'étals vendant des vêtements d'occasion, selon un photographe de l'AFP qui a vu deux cratères séparés d'une dizaine de mètres seulement.

    La première (explosion a eu lieu) dans un matatu (minibus public) de 14 places, la seconde sur le marché de Gikomba, a annoncé le NDOC sur Twitter.

    Selon le photographe de l'AFP, un des deux côtés du matatu a été sévérèment endommagé par l'explosion et les vitres du côté gauche du minibus ont été pulvérisées. Il n'a pu déterminer avec certitude que l'explosion était survenue à l'intérieur, un cratère étant visible près du véhicule.

    Des étals en bois étaient renversés et des vêtements éparpillés. La puissance de l'explosion a projeté certains vêtements jusque dans les fils électriques.

    Le Kenya a été récemment le théâtre d'attentats à la bombe, visant notamment des bus. Début mai, une série d'attaques avait fait sept morts et une centaine de blessés à Mombasa et Nairobi en un weekend.

    Le 3 mai à Mombasa, principale ville de la touristique côte kényane, quatre personnes avaient été tuées par une explosion dans un bus arrivant de la capitale kényane. Une bombe avait quasi simultanément explosé à l'entrée d'un hôtel du bord de mer accueillant des touristes étrangers, sans faire de victime.

    A Nairobi, le lendemain, des bombes avaient explosé presque en même temps dans deux bus circulant sur une autoroute reliant le centre-ville aux faubourgs du nord-est de la ville, faisant trois morts et 86 blessés.

    Plusieurs pays occidentaux ont relevé leur niveau d'alerte sur le Kenya, en raison de menaces terroristes, déconseillant notamment les déplacements sur la côte kényane.

    Deux des plus importants voyagistes britanniques ont entamé jeudi l'évacuation de leurs 400 clients présents sur la côte kényane et annulé jusqu'au 31 octobre leurs vols vers Mombasa.

    Le Kenya a été visé par de nombreux attentats depuis l'entrée de son armée en octobre 2011 dans le sud de la Somalie, pour y combattre les insurgés islamistes somaliens shebab.

    Le plus spectaculaire, revendiqué par les shebab, reste l'assaut mené en septembre dernier par un commando islamiste contre le centre commercial Westgate de Nairobi, au cours duquel au moins 67 personnes avaient péri.


  • Centrafrique: arrivée d'une première mission de la Cour pénale internationale
    AFP, 08/05/2014 23h20
    Une première mission de la Cour pénale internationale (CPI) est en Centrafrique dans le cadre d'une enquête préliminaire sur les crimes commis dans le pays depuis 2012, a constaté un journaliste de l'AFP.

    Des crimes graves ont été commis depuis 2012 en Centrafrique, a déclaré Amadi Bah, le chef de section de la Coopération internationale de la CPI, lors d'une conférence de presse jeudi à Bangui.

    Il explique que depuis 2002, des enquêtes ont été faites et elles se poursuivent à la Haye (siège de la CPI) par rapport aux crimes de 2002-2003 (lors d'un précédent coup d'Etat). Malheureusement encore, depuis 2012, des crimes graves et des atrocités sans pareilles ont eu lieu sur le territoire centrafricain.

    Sous le régime du président François Bozizé, la Centrafrique avait saisi en 2003 la CPI d'un dossier concernant les crimes commis sur son territoire par les combattants du Mouvement de libération du Congo (MLC). Cela avait conduit à l'arrestation du chef du MLC, l'ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba.

    En 2002, le MLC avait soutenu le président Ange-Félix Patassé face à la rébellion de François Bozizé, qui avait finalement pris le pouvoir en 2003 avant d'être renversé en 2013.

    Désormais, ce sont les exactions commises notamment par l'ex-rébellion Séléka, à majorité musulmane, brièvement au pouvoir entre mars 2013 et janvier 2014, qui font l'objet d'une enquête préliminaire ouverte le 7 février par la procureure de la CPI Fatou Bensouda.

    Les milices chrétiennes anti-balaka, hostiles à l'ex-Séléka et responsables de nombreuses exactions sur les populations civiles musulmanes, sont également concernées.

    Malgré ces démarches, les violences persistent en Centrafrique, où 13 personnes ont encore été tuées mardi dans des affrontements entre Séléka et anti-balaka à Kaga Bandoro, à 300 km au nord de Bangui.

    Ces affrontements ont donné lieu à des actes de pillages de part et d'autre, et de nombreuses maisons ont été incendiées par les deux camps. Des centaines de personnes se sont réfugiées à l'église catholique, qui accueille désormais près de 13.000 personnes, a indiqué à l'AFP un officier de la force africaine en Centrafrique (Misca) sous couvert d'anonymat.

    La région la plus sensible du pays reste cependant le Nord, où ces dernières semaines de nombreux villages ont été attaqués par des hommes armés, ainsi qu'un hôpital géré par l'ONG Médecins sans frontières la semaine dernière.

    Lundi, des affrontements entre un groupe armé et la force française en Centrafrique (Sangaris) a fait plusieurs tués.

    Selon l'armée française, les affrontements se sont produits à 450 km au nord-ouest de Bangui et ont duré environ trois heures, avec l'appui d'avions de chasse français venus de N'Djamena (Tchad). Il n'y a pas eu de blessé côté militaires.

    Dans l'attente des 12.000 Casques bleus promis par l'ONU pour septembre, une quinzaine de soldats du contingent estonien de la force de l'Union européenne en Centrafrique (Eufor-RCA) ont effectué jeudi pour la première fois une patrouille dans les rues de Bangui, ont constaté des journalistes de l'AFP.

    La formation de cette force, annoncée en décembre, a été plus longue que prévu en raison de la réticence de nombreux Etats européens à y participer alors que se déclenchait la crise en Ukraine.

    Eufor-RCA est actuellement composée d'environ 150 hommes, essentiellement des militaires français issus du contingent déjà présent et de soldats du contingent estonien.

    Outre l'Eufor et les soldats français (2.000 hommes), une force africaine, la Misca (5.000 hommes), est également déployée en Centrafrique pour tenter de ramener la paix dans un livré au chaos et à des violences intercommunautaires depuis plus d'un an.

    La crise sans précédent que traverse la Centrafrique, l'un des pays les plus pauvres du monde, a fait des milliers de morts et plus d'un million de déplacés.


 

Agenda - événements

Festival Karaka
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDUNIGER.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués