International › AFP

Attentat de Benghazi: un Libyen condamné à 19 ans de prison aux Etats-Unis

Un Libyen, capturé en Libye puis amené aux Etats-Unis en 2017 pour y être jugé, a été condamné jeudi à 19 années de prison pour son rôle dans l’attaque d’un complexe diplomatique américain et d’une annexe de la CIA à Benghazi en 2012.

Cette attaque qui avait choqué les Etats-Unis, le 11 septembre 2012, avait causé la mort de l’ambassadeur américain John Christopher Stevens, d’un fonctionnaire du département d’Etat et de deux membres de la CIA.

La peine de Moustafa al-Imam, 47 ans, qui avait été reconnu coupable de terrorisme en juin 2019 après un procès de six semaines, a été prononcée par un tribunal de Washington.

Moustafa al-Imam « a joué un rôle important » dans cette attaque, a déclaré dans un communiqué la procureure Jessie Liu.

« Cette peine est un rappel que la sécurité des Américains – chez eux ou à l’étranger, civils ou non – sera toujours notre priorité », a-t-elle ajouté. « Si vous commettez un acte terroriste, nous vous trouverons et rendrons justice ».

« La peine prononcée contre Al-Imam aujourd’hui envoie un message fort à ceux qui tenteraient de commettre un crime aussi vil », a abondé le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, cité dans un communiqué.

Selon l’accusation, Moustafa al-Imam était en contact durant l’attaque avec Abou Khattala, un autre Libyen également capturé par les forces américaines, en 2014, pour être jugé aux Etats-Unis.

Ce dernier a été condamné en 2018 à une peine de 22 ans de prison pour son rôle dans l’attaque.

Plusieurs branches du gouvernement de Barack Obama s’étaient à l’époque vu reprocher des failles et négligences, notamment le département d’Etat alors dirigé par Hillary Clinton.

Accusée de ne pas avoir assez fait pour protéger les diplomates, elle avait été poursuivie par le sujet durant toute la campagne de l’élection présidentielle de 2016, qu’elle a perdue face à Donald Trump.





Commentaire

À LA UNE
Retour en haut