International › AFP

Européens, homme volant et blessés au programme du défilé du 14 juillet

La coopération militaire européenne, chère au président Emmanuel Macron, sera l’un des thèmes centraux de l’édition 2019 du défilé militaire du 14 juillet, qui inclura une démonstration futuriste d' »homme volant », et s’achèvera sur un hommage aux blessés de guerre.

En tout, quelque 4.300 militaires, 196 véhicules, 237 chevaux, 69 avions et 39 hélicoptères seront mobilisés pour l’événement organisé sur les Champs Elysées, au coeur de Paris.

Honneur aux partenaires européens

Sous la devise « Protéger ensemble », les dix pays européens participant à l’Initiative européenne d’intervention (IEI) — née il y a un an sous l’impulsion du président Macron, et qui a pour objectif de développer une « culture stratégique partagée » — seront les invités d’honneur.

Le traditionnel défilé sera ouvert par des militaires venus d’Allemagne, de Belgique, du Danemark, d’Espagne, d’Estonie, de Finlande, des Pays-Bas, du Portugal et du Royaume-Uni, qui descendront les Champs Elysées avec leurs emblèmes.

Plusieurs avions et hélicoptères européens seront intégrés au sein du défilé aérien dans le ciel de Paris.

La brigade franco-allemande (BFA), qui fête cette année ses trente ans d’existence, défilera également à pied cette année. La BFA, dont l’état-major est basé à Müllheim, en Allemagne, compte plus de 5.000 hommes de part et d’autre du Rhin. Elle a notamment été engagée au Kosovo, en Afghanistan et au Mali.

Homme volant, drones et robots

Le premier tableau du défilé sera consacré à l’innovation de défense, priorité affichée des armées. Robots, drones et exosquelettes utilisés par les militaires seront déployés place de la Concorde, devant la tribune présidentielle, tandis les nouveautés technologiques dans le spatial, l’aérien, le terrestre, le maritime et le cybernétique seront présentées sur grand écran.

Les spectateurs auront droit à une démonstration futuriste de Flyboard Air, une plate-forme volante propulsée par cinq réacteurs à jet d’air, inventée par le champion du monde de jet-ski marseillais Franky Zapata, qui pilotera lui-même son engin à plusieurs dizaines de mètres au-dessus du sol.

L’invention avait déjà été exhibée lors du Forum Innovation Défense de Paris, fin 2018: lors d’une démonstration des forces spéciales, le Flyboard Air avait été utilisé comme plateforme pour un tireur d’élite positionné en appui de commandos partis à l’assaut depuis des embarcations sur la Seine.

Parmi les autres innovations présentées dans ce tableau figurent le robot multitâche à quatre roues Stamina, capable de se diriger sans faire appel au GPS, le robot Colossus utilisé par les pompiers de Paris lors de l’incendie de Notre-Dame de Paris ou encore le minuscule drone Black Hornet, doté d’une caméra très haute résolution.

Nouveaux venus

Le tout nouveau véhicule blindé lourd, le Griffon, destiné à remplacer le vénérable VAB, descendra les Champs Elysées dix jours seulement après l’arrivée des premiers exemplaires dans l’armée de Terre, qui doit en recevoir près de 1.900 d’ici 2030.

Le Griffon promet d’améliorer la protection des soldats engagés au combat avec un blindage plus performant contre les tirs, les mines et les engins explosifs improvisés (IED), une mitrailleuse téléopérée, des capteurs dernière génération et la climatisation.

L’armée de l’Air fera défiler pour la première fois son nouvel avion d’entraînement Pilatus PC-21, sur lequel les futurs pilotes de chasse sont désormais formés. Le Transall C160 Gabriel, un avion espion très rarement montré, fera lui aussi une apparition dans le ciel parisien.

Blessés d’hier et d’aujourd’hui

Le tableau final du défilé sera consacré aux blessés des armées, en écho au défilé du 14 juillet 1919, ouvert, 100 ans plus tôt, par les invalides et gueules cassées de la Première guerre mondiale.

Trois pensionnaires des Invalides en fauteuil roulant défileront aux côtés de trois militaires récemment blessés en opérations, au son de la musique de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. Ils seront rejoints par des sportifs blessés, symboles de la reconstruction.

Pionniers du service national universel

Une délégation d’adolescents ayant récemment participé à la phase de test du service national universel (SNU) défileront aux côtés des blessés, dans leur uniforme bleu et blanc estampillé d’une cocarde tricolore.

Quelque deux mille adolescents ont expérimenté en juin ce nouveau service national, plus civique que militaire. Un projet impulsé par le président Macron qui espère renforcer la « cohésion de la Nation » avec ce dispositif appelé à devenir obligatoire pour tous les jeunes de 16 ans.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut