International › APA

Le Botswana irrité par le refus de CITES de lever l’interdiction du commerce de l’ivoire

Le Président du Botswana, Mokgweetsi Masisi, a critiqué la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES, sigle anglais) et sa décision de rejeter la proposition de son pays de reprendre le commerce de l’ivoire.Dans son message sur l’Etat de la Nation prononcé devant le parlement lundi soir, Masisi a indiqué que la CITES, lors de la 18ème Conférence des parties (COP 18) organisée à Genève en Suisse en août dernier, avait rejeté une proposition d’autoriser un commerce contrôlé de l’ivoire présentée par le Botswana et ses voisins de l’Afrique australe, la Namibie et le Zimbabwe.

Il a ajouté que la proposition, soumise conjointement par le Botswana et d’autres Etats de l’aire de répartition des éléphants, dont les populations d’animaux sont inscrites à l’Annexe II de la CITES, avait demandé l’autorisation de reprendre le commerce de l’ivoire. La proposition a été rejetée par la COP18.

« Le refus de la communauté internationale de reconnaître que la conservation et la gestion des éléphants ont un impact considérable sur les moyens de subsistance de la communauté et que la protection des éléphants contre le braconnage pourrait saper les efforts exceptionnels de conservation déployés par la région de l’Afrique australe », a déclaré Masisi.

Dans le même ordre d’idées, il a déclaré qu’après la décision de rétablir la chasse en avril 2019, le gouvernement du Botswana s’emploie actuellement à élaborer des lignes directrices pour orienter la chasse.

« La chasse aux citoyens a repris en 2019 et il est prévu que la même chose sera étendue aux zones de confiance et aux concessions communautaires en avril 2020. En prévision de la chasse communautaire, des quotas seront émis d’ici décembre 2019 afin de permettre la commercialisation avant la saison de chasse de 2020 », a déclaré Masisi.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut