International › AFP

Malte: les travaillistes choisissent un nouveau Premier ministre après la chute de Muscat

Le Parti travailliste au pouvoir à Malte choisit samedi son nouveau chef, qui succèdera au Premier ministre, Joseph Muscat, poussé vers la sortie par l’enquête sur le meurtre de la journaliste d’investigation Daphne Caruana Galizia.

De leur côté, les mouvements civiques maltais veulent un vrai changement de cap pour un pays, tombé, selon eux, « aux mains de groupes criminels ».

Au total 17.500 électeurs du Labour maltais sont appelés aux urnes dans 13 sites répartis sur le petit archipel d’un demi-million d’habitants. C’est la première fois que les militants peuvent élire leur patron directement, sans passer par des délégués.

Le nouveau leader sera automatiquement Premier ministre pour les deux ans et demi restants de mandat.

M. Muscat, 45 ans, a dû se résoudre à annoncer son départ le 1er décembre alors que l’enquête sur l’assassinat de la journaliste Daphne Caruana Galizia touchait ses plus proches collaborateurs, dont son chef de cabinet et ami d’enfance, Keith Schembri. Après avoir fait ses adieux au pouvoir vendredi, il pourrait formellement démissionner dès dimanche, après l’annonce attendue dans la nuit des résultats.

Deux candidats se disputent son fauteuil: le favori Chris Fearne, chirurgien de 56 ans à la réputation d’homme à poigne, et Robert Abela, 42 ans, un avocat d’affaires, consultant du gouvernement sortant. M. Fearne a visité samedi sousescorte l’un des bureaux de vote où se massait une longue file de votants.

– « un réel changement » –

Pendant leur campagne, aucun des deux prétendants n’a critiqué M. Muscat, accusé par la famille de la journaliste et des mouvements civiques d’avoir interféré dans l’enquête. Ils n’ont pas non plus évoqué l’affaire « Daphne ».

Daphne Caruana, qui tenait un blog très suivi où elle dénonçait la corruption des élites de l’archipel et avait fait des révélations sur l’entourage de M. Muscat, a péri le 16 octobre 2017 dans l’explosion de sa voiture piégée.

M. Fearne s’est dit « fier de la façon dont le Labour s’est renforcé ces dernières années » tandis que M. Abela veut poursuivre « avec les recettes gagnantes » de M. Muscat, crédité d’un boom économique (+6,6% en 2018).

Mais à Malte, certains ne se contentent pas de ce changement de visage. Membre du mouvement civique Repubblika, Manuel Delia souhaite « un vrai nettoyage ».

A Malte, « nous avons la réputation d’être des pirates car un groupe de criminels a pris le pouvoir », dit-il à la sortie d’une assemblée générale du mouvement. Mais il n’est guère optimiste, « car les deux candidats ont promis la continuité ».

Martina Darmanin, 24 ans, jeune diplômée, a adhéré samedi à Repubblika. La mort de Daphne Caruana a été « un choc » et elle ne supporte plus que Malte, siège de dizaines de sociétés de jeux de hasard et de 70.000 sociétés offshore, soit décrite comme « un paradis fiscal ».

« En tant que pays européen, nous voulons une meilleure gouvernance et le règne de l’Etat de droit », explique-t-elle.

Reppublika entend remettre au nouveau Premier ministre un manifeste réclamant l’assainissement de la vie politique et d’une économie « dopée aux stéroïdes » (casinos, passeports « dorés » etc..), et une révision de la Constitution avec une vraie séparation des pouvoirs.

M. Muscat, en poste depuis 2013, a fait des adieux émus vendredi, estimant « avoir payé le prix fort », en partant deux ans et demi plus tôt que prévu, pour la mort de la journaliste. Il a assuré, en dépit des soupçons, avoir tout fait pour élucider l’affaire.

Daphne Caruana Galizia avait creusé le volet local des Panama Papers et découvert que Keith Schembri ainsi que le ministre Konrad Mizzi, d’abord à l’Energie puis au Tourisme, avaient ouvert des comptes au Panama où des fonds auraient été versés par une société basée à Dubai, la 17 Black.

Les deux hommes ont démissionné fin novembre, quand le propriétaire de la 17 Black, Jorge Fenech, magnat de l’hôtellerie et de l’énergie, a été interpellé alors qu’il tentait de fuir Malte sur son yacht. M. Fenech, inculpé de complicité dans l’assassinat de Daphne Caruana, aux côtés de trois autres suspects jugés comme exécutants, a accusé M. Schembri d’être le « vrai commanditaire ». Interrogé brièvement par la police, ce dernier ne fait pour le moment pas l’objet de poursuites.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut