International › AFP

Promettant un Etat plus social, le nouveau président lituanien prête serment

L’économiste proeuropéen de centre-droit, Gitanas Nauseda, élu en mai à la présidence lituanienne, a prêté serment vendredi, s’engageant à lutter contre les inégalités sociales dans ce pays balte, membre de la zone euro.

Expert en économie, cet indépendant de 55 ans, qui remplace à ce poste Dalia Grybauskaite, est un novice en politique. Il a passé l’essentiel de sa carrière dans le secteur bancaire.

Bien que les présidents lituaniens n’interviennent pas directement dans la politique économique, M. Nauseda a promis de chercher des solutions associant les partis en vue de combler le fossé entre les riches et les pauvres, ainsi que de réduire les disparités régionales.

« Nous avons bien parlé d’une Europe à deux vitesses mais nous n’avons pas remarqué que nous avions créé une Lituanie à deux vitesses », a déclaré M. Nauseda au Parlement à l’issue de la cérémonie officielle.

« Nous n’aurons pas d’Etat-providence si nous ne pensons qu’à nous-mêmes alors que les inégalités sociales augmentent », a-t-il insisté.

Gitanas Nauseda a recueilli 66% des suffrages au second tour de la présidentielle de ce pays ex-soviétique de 2,8 millions d’habitants, à l’issue d’une course dominée par les questions relatives à l’économie.

Tous les principaux candidats ont fermement soutenu l’appartenance de leur pays à l’UE et à l’Otan, permettant à la Lituanie de se démarquer des courants populiste et eurosceptique montant en puissance dans d’autres pays européens.

Notant que le revenu des 20% les plus riches de la population était sept fois supérieur à celui des 20% les plus pauvres, M. Nauseda a déclaré que ce chiffre devrait baisser durant son mandat.

Selon lui, le gouvernement devrait augmenter son budget avec des recettes fiscales pour dépenser davantage dans la sécurité sociale, la santé, l’éducation et la culture.

En matière de politique étrangère, M. Nauseda a déclaré qu’il chercherait à « approfondir l’intégration euro-atlantique, entretenir des relations étroites avec l’UE et les États-Unis » et à renforcer la défense.

L’un des membres de l’Otan les plus critique vis-à-vis de la Russie, la Lituanie est l’un des seulement huit pays membres de l’Alliance à respecter l’objectif de consacrer deux pour cent de son PIB à la défense.

Le quinquennat présidentiel est le premier poste d’élu dans la carrière de Gitanas Nauseda.

Récemment, il était conseiller du chef de la plus grande banque de Lituanie, la SEB suédoise.

Ses passages fréquents à la télévision en qualité d’expert économique ont beaucoup contribué à la popularité de cet homme marié et père de deux enfants.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut