International › APA

Treize élèves Ivoiriens admis à des écoles d’ingénieur en France dont 2 à l’École polytechnique

Treize élèves Ivoiriens admis à des écoles d’ingénieur en France dont deux à l’École polytechnique, après deux années préparatoires au Lycée Blaise Pascal, un lycée français à Abidjan, devraient s’envoler fin août pour la France où ils débuteront les cours le 2 septembre.Recevant à sa résidence à Abidjan ces jeunes élèves parmi lesquels  figurent trois filles, l’ambassadeur de la France en Côte d’Ivoire,  Gilles Huberson, a salué leurs performances et leurs parcours, ajoutant  qu’ « ils seront présentés au président de la République ».      

Cette  vague est la troisième promotion à accéder à des écoles supérieures  françaises après deux années préparatoires au Lycée Blaise Pascal  d’Abidjan dit Lycée français, un établissement de droit ivoirien mais  agrée par le ministère français de l’Éducation nationale.  

«  C’est une immense fierté pour notre lycée » voire une « gloire », s’est  félicité Me Jean-François Chauveau, président du Conseil  d’administration de l’Association gestionnaire du Lycée Blaise Pascal  d’Abidjan, venu présenter ses filleuls à l’ambassadeur.    

Les  classes préparatoires sont ouvertes aux bacheliers venant de la  périphérie d’Abidjan et de l’intérieur du pays, mais au regard de leur  capacité à payer les frais de collage, « l’Association prend cela en  charge en attendant que le mécénat prenne le relais », a dit Me  Chauveau. 

Selon Me Chauveau, les classes  préparatoires permettent d’intégrer au terme d’un cursus de deux ans,  ces élèves, de façon directe à des écoles d’ingénieurs en France.  L’objectif de l’établissement est qu’elles soient ouvertes à l’ensemble  des lycéens en Côte d’Ivoire après l’examen du BAC.  

Kevin  Mensah, élève au collège catholique Saint-Jean Bosco de Treichville  (Sud Abidjan), titulaire d’un BAC série C a postulé pour la classe  préparatoire du Lycée français où il a passé deux années à l’issue  desquelles il a réussi brillamment au concours d’entrée à l’École  polytechnique de France.  

« C’était deux  années difficiles », témoigne l’adolescent qui ne sait pas encore  qu’elle filière embrasser exactement mais dont l’objectif est de faire  la programmation informatique et de l’intelligence artificielle.  

Le  second lauréat pour l’École polytechnique, Henri Kouamé Jean Jores,  lui, vient d’une famille modeste. Après un BAC série C avec une mention  passable au Lycée moderne 1 d’Abobo, une commune populaire dans le Nord  d‘Abidjan, il a été admis à l’étape préparatoire après une sélection. 

A  la fin de ces deux années préparatoires, il a réussi au concours  d’entrée à l’École polytechnique de Paris. Pour Henri, il faut «  toujours garder en tête qu’on peut y arriver ». Il compte se  perfectionner dans plusieurs domaines et surtout la programmation  informatique. 

« Il s’agit de former des  ingénieurs qui soient disponibles pour l’économie ivoirienne » et qui  reviennent travailler en Côte d’Ivoire afin d’être « utiles » à leurs  pays, a souligné Me Jean-François Chauveau, avocat au barreau d’Abidjan  qui les encourage dans ce sens. 

La sélection,  dira-t-il, se fait « en lien avec l’INP (Institut national  polytechnique) de Grenoble sur dossier ». Les élèves sont choisis selon  les mêmes critères que ceux des classes préparatoires intégrées en  France pour l’ensemble du cycle des écoles INP et seuls les meilleurs  sont pris.   

Au compteur, le lycée français  d’Abidjan enregistre pour « la première année huit élèves, la deuxième  année 10 ou 12 élèves et puis cette année 13 », a fait observer Me  Chauveau, annonçant pour l’année prochaine une sélection de 24  candidats. 

L’année prochaine, les 42 écoles du  cycle de l’Institut national de polytechniques devraient être intégrés,  a-t-il poursuivi, avant de mentionner que cet accompagnement est  possible grâce à un mécénat, notamment de grandes entreprises  ivoiriennes d’origine française et des entreprises locales.  

Les  lauréats feront trois ans d’étude à Grenoble (Sud-Est de la France),  reconnu comme un campus historiquement ouvert aux étrangers, malgré le  froid des montagnes. Six écoles supérieures accueilleront ces jeunes  gens qui ont la capacité de faire un cursus universitaire classique. 

Ces  six écoles d’accueil sont l’École nationale supérieur de l’énergie, de  l’eau et de l’environnement, l’École normale supérieure d’informatique  et de mathématiques appliquées, l’École normale supérieure en systèmes  avancés réseaux et l’École nationale supérieure de génie industriel.

Il  y a également l’École internationale du papier, de la communication  imprimée et l’École nationale de physiques électroniques, matériaux et  l’École d’ingénieur qui dépend de Grenoble mais est de l’Université de  Toulouse, avec l’option de suivre un cursus universitaire à l’Université  de Grenoble.  

L’ambassadeur de France en Côte  d’Ivoire, a indiqué que cette démarche est une initiative du Lycée  français d’Abidjan,  qui a permis que deux jeunes Ivoiriens intègrent  l’École polytechnique de Paris, la plus prestigieuse école française.  

Commentaire

Vos paris sportifs can 2019
1xbet
À LA UNE
Polls

How Is My Site?

View Results

Loading ... Loading ...
Retour en haut