International › AFP

Burlington, terrain d’expérimentation politique pour Bernie Sanders

« C’est ici que ça a commencé »: le sénateur socialiste Bernie Sanders a fait ses premiers pas en politique comme maire de Burlington, petite ville du Vermont qui a servi de laboratoire pour ses idées de gauche radicale comme pour ses méthodes politiques.

Originaire de New York, Bernie Sanders s’est installé dans cet Etat rural du nord-est des Etats-Unis à la fin des années 1960, en pleine mode du « retour à la terre », après des études à Chicago où il avait milité pour le pacifisme et les droits civiques.

Située sur les bords du vaste lac Champlain, la ville principale du Vermont et ses 42.000 habitants sont plus proches de Montréal (à 150 km) que de Boston ou New York.

Pour « Bernie », aujourd’hui engagé dans un duel féroce avec l’ancien vice-président Joe Biden pour l’investiture démocrate à la présidentielle 2020, ses huit ans aux commandes de cette ville universitaire furent des années d’apprentissage politique.

Il y a appris avant tout à « mobiliser la base », l’un de ses grands atouts aujourd’hui, explique Virginia Lyons, sénatrice au Parlement du Vermont, qui a souvent travaillé avec lui.

« Il a appris que de petits groupes de gens pouvaient faire la différence », dit cette élue démocrate de 75 ans, soit trois ans de moins que l’intéressé.

C’est d’abord sous l’étiquette du petit parti pacifiste de l’Union de la liberté que Bernie Sanders se présente à plusieurs élections locales. Sans jamais percer.

Mais tout change en 1981 lorsque, à la faveur d’une quadrangulaire, il emporte la mairie de Burlington en tant qu’indépendant, avec dix voix d’avance sur le démocrate sortant et à la surprise de tous.

– Environnement hostile –

Les démocrates installés au conseil municipal ont « tenté de le bloquer, l’empêchant même d’exercer les fonctions administratives les plus basiques », raconte Kurt Wright, actuel président du conseil, dont il est l’unique élu républicain.

Dans cet environnement hostile, alors qu’au niveau national le président Ronald Reagan lance un programme ultra-conservateur décrié par la gauche américaine, le nouveau maire de Burlington, qui dénonce déjà les inégalités, cherche des alliés.

Première bataille de ses huit ans à la mairie: empêcher la privatisation des berges municipales du lac, alors en déshérence, où devaient pousser logements et hôtels chics.

Les promoteurs sont dans les starting-blocks, mais Bernie Sanders mobilise ses administrés pour maintenir l’espace public et en faire un lieu de promenade et de développement concerté.

Autre cause célèbre, le logement: en 1986, alors que 336 logements subventionnés menacent d’être convertis en logements à prix du marché, il mobilise responsables locaux et habitants et obtient une reprise du complexe par des associations, garantissant des loyers abordables.

« Il a montré qu’il pouvait stimuler et motiver les gens (…) Ca a commencé à Burlington », relève Kurt Wright.

Avec les entreprises, le bilan est plus mitigé. L’actuel pourfendeur de Wall Street a instauré dans sa ville du Vermont une fiscalité plus lourde sur l’immobilier commercial.

Les entrepreneurs ne sont « pas une priorité de M. Sanders », tranche Kelly Devine, responsable de la Burlington Business Association, principale organisation patronale, qui dit ne l’avoir jamais rencontré.

– « Fouiller les archives » –

Bernie Sanders n’a pourtant pas que des ennemis dans le milieu. Ben Cohen, cofondateur du célèbre fabricant de crèmes glacées Ben & Jerry’s — une institution à Burlington, même s’il a été racheté en 2000 par le géant Unilever — fait campagne pour le sénateur socialiste.

Malgré les critiques, Bernie, qui anima de 1986 à 1988 une émission télévisée locale où il allait, non sans humour, au contact de ses administrés, est loin d’avoir ici l’image d’un homme rêche, réfractaire au compromis.

Comme une quinzaine de personnes interrogées au hasard dans les rues de Burlington, le républicain Kurt Wright dit l’apprécier « personnellement », même s’il rejette ses idées qui mèneraient selon lui les Etats-Unis dans une mauvaise « direction ».

Alors que le duel s’annonce sans merci avec Joe Biden, le passé de Bernie Sanders promet d’être examiné plus attentivement que lors de sa campagne 2016, où ses chances semblaient limitées face à Hillary Clinton.

Les journalistes ont déjà commencé à « fouiller dans les archives » en quête « de choses qu’il a pu dire qui pourraient être utilisées contre lui », dit Kurt Wright.

Le septuagénaire a ainsi dû s’expliquer récemment sur une vidéo de 1985, dans laquelle il disait du bien du système éducatif et de santé du dictateur cubain Fidel Castro.

Et le New York Times a publié vendredi un article depuis la ville russe de Iaroslavl, avec laquelle le maire de Burlington noua un programme de jumelage en 1988, l’année où il fut aussi en voyage de noces à Moscou.

Le quotidien souligne que le gouvernement soviétique considérait alors ces jumelages comme « l’un des canaux les plus utiles » pour sa propagande.

Alors, faut-il craindre Bernie? « Les gens ne devraient pas avoir peur de lui », répond la sénatrice Virginia Lyons. « Il comprend parfaitement ce qu’est la démocratie ».


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut