Eco et Business › Entreprises

Niger : la Cominak ferme ses portes en mars 2021

(c) Droits réservés

La situation de la filiale du groupe nucléaire français Orano résulte de l’épuisement de ses réserves.

La Compagnie minière d’Akouta (Cominak) croule définitivement sous le poids de ses difficultés. La mine fermera ses portes en mars 2021, a annoncé mercredi son Conseil d’administration.

La faillite de la Cominak semblait inévitable. La structure était en sursis depuis plusieurs mois du fait de la chute des prix d’uranium sur le marché. Lesquels sont passés de 40 dollars le kilogramme d’uranium à 20 dollars au cours des cinq dernières années.

Le Français Orano (ex-Areva) avait mis en branle un plan de sauvetage en faveur de sa filiale. Celui-ci consistait à une série de licenciement en 2017 ainsi qu’à une baisse de la production.

L’exploitation d’uranium au Niger représente près du tiers de la production d’Orano. La Somaïr, sa deuxième filiale active au Nord du pays. Poursuivra ses activités.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut