International › APA

Côte d’Ivoire : le taux de pression fiscale estimé à 13%

L’économie informelle, évaluée entre « 30 à 40% du Produit intérieur brut (PIB) » du pays échappe aux impôts, une marge que la direction générale des impôts envisage de fiscaliser.« Le taux de pression fiscale est de 13% actuellement et nous ambitionnons de le faire monter, chaque année, d’au moins 0,5 point », ce qui devrait générer une manne financière oscillant entre 200 et 300 milliards de Fcfa, a dit ce mardi le directeur général des impôts, M. Abou Sié Ouattara.

« Si on réussit à faire monter d’un point (le taux de pression fiscale), cela fait 400 à 500 milliards de Fcfa et c’est ça l’ambition que nous visons », à travers l’élargissement de l’assiette fiscale, la captation des niches fiscales et la lutte contre l’économie souterraine, a-t-il ajouté.

M. Abou Sié Ouattara s’exprimait à l’occasion de la rentrée fiscale de la direction générale des impôts, un moment auquel il a expliqué à la presse, l’esprit et l’impact économique de l’annexe fiscale 2023, entrée en vigueur depuis le 9 janvier 2023. 

Le Patronat ivoirien relève, selon une étude diligentée par l’organisation, que les entreprises subissent une pression fiscale entre « 27% et 33% pour certaines activités ».Au cours de l’année 2022, les autorités évoquaient une pression fiscale de 12,5%, ce qui montre ostensiblement une progression de 0,5%. 

Il a, en outre, fait savoir que « l’annexe fiscale 2023 comprend des outils qui visent à lutter contre l’économie informelle et à faire en sorte que les 30 à 40% du Produit intérieur brut qui échappent à l’impôt » ne puissent pas affecter le PIB du pays estimé à 40.000 milliards de Fcfa.   

L’annexe fiscale 2023 a été élaborée dans un contexte marqué au plan mondial par la poursuite des effets de la pandémie de la Covid-19, et de la crise économique, énergétique et alimentaire engendrée par la guerre russo-ukrainienne.

Les répercussions de cette situation conjoncturelle, en Côte d’Ivoire, ont entraîné le renchérissement du coût de plusieurs biens et services nécessaires aux besoins des populations et l’accroissement des dépenses de l’Etat pour contenir leurs impacts.

Nonobstant cette conjoncture défavorable, l’objectif visé est de maintenir le rythme de croissance économique projeté à plus de 7 % conformément aux prévisions du Plan national de développement 2021-2025 (PND), a-t-il poursuivi.   

Selon le directeur général des impôts, l’annexe fiscale 2023, comportant 18 articles, s’inscrit dans cette perspective et a été élaborée autour des deux axes stratégiques, à savoir le soutien à l’économie nationale et le renforcement de la mobilisation des ressources fiscales.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut