International › APA

Covid-19: le Sénégal va poursuivre le traitement avec l’hydroxychloroquine (responsable)

Le Sénégal va poursuivre le traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine pour soigner les malades de la Covid-19, parce qu’il « est efficace pour réduire la charge virale et efficace dans la prévention des complications » pouvant conduire au décès, a déclaré, ce samedi à Dakar, le professeur Moussa Seydi.Le chef du Service des maladies infectieuses de l’hôpital de Fann, qui s’exprimait lors du point de presse mensuel dédié à la pandémie, en veut pour preuve les résultats d’une étude menée par ses services et qui ont montré que « tous les patients qui avaient pris ce traitement au stade précoce, c’est-à-dire avant l’apparition de complications, sont guéris et aucun n’est décédé ».

L’étude en question a porté sur 559 personnes dont 498 patients étaient âgés de plus de 12 ans. L’âge médian était de 33 ans, mais tous les âges étaient représentés, des nourrissons aux sujets de 85 ans avec autant d’hommes que de femmes. Un patient sur cinq avait une comorbidité et 65 % des patients hospitalisés dans ces sites de traitement (Fann, Dalal Diam et Diamniadio) étaient symptomatiques.

Explicitant les résultats de l’étude, Pr Seydi a indiqué que la durée médiane d’hospitalisation des patients qui avaient pris ce traitement était de 10,5 jours contre 13 jours chez les patients qui ne l’avaient pas pris. 

Concernant la tolérance du traitement, il n’a été noté que 12 effets secondaires, soit dans environ 2 % des cas, et les effets secondaires cardiovasculaires se voyaient dans 0,8 % des cas, a souligné Professeur Moussa Seydi. Il note, par ailleurs, que tous les effets secondaires étaient bénins et réversibles à l’arrêt du traitement sans nécessité d’un traitement supplémentaire. 

« Ce traitement à base d’hydroxychloroquine et d’azithromycine que nous avons administré, nous a montré que l’efficacité était réelle », a-t-il indiqué. 

Revenant sur la polémique née de la publication dans la revue « The Lancet » d’une étude qui remettait en cause l’efficacité de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine pour soigner les malades de la Covid-19, il a dit que « nous ne nous baserons que sur nos résultats pour prendre des décisions ».

« Nous allons donc poursuivre notre traitement et poursuivre aussi l’évaluation des traitements actuellement disponible en relation avec l’Institut Pasteur de Dakar dont je salue la compétence et l’intégrité », a-t-il encore dit.

Le chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Fann a profité de l’occasion pour dénoncer la stigmatisation dont seraient victimes certains malades du coronavirus parmi lesquels des personnes travaillant dans le secteur de la santé. « La stigmatisation met en danger l’entourage du malade parce que la victime est moins prompte à respecter les mesures d’hygiène de base à l’endroit de ses proches. Elle constitue également un danger parce que cela pourrait réduire à néant la lutte contre le coronavirus », a-t-il déploré. 

A ce jour, 4 249 cas positifs au Covid-19 ont été déclarés au Sénégal, 2 512 en sont guéris, 47 en sont décédés et 1689 sont sous traitement dans les 27 sites dédiés à la prise en charge.

La directrice générale de la Santé, Marie Khemesse Ngom Ndiaye, a exhorté les populations à plus de vigilance en respectant les mesures barrières de protection individuelle et collective.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut