› Société

COVID et insécurité au Niger : 400.000 personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté dans le pays

COVID et insécurité au Niger : 400.000 personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté dans le pays

NIAMEY, 26 juil (ANP) – Le rapport annuel de la Banque Mondiale, sur la situation de l’économie et de la pauvreté, et les perspectives à court et moyen terme pour la période 2020-21 au Niger présenté, ce lundi 26 juillet 2021 au niveau de sa representation de Niamey, fait ressortir que 400 000 personnes supplémentaires ont basculé dans une extreme pauvreté due au ralentissement de l’économie, consécutivement à la COVID-19 et à l’insécurité dans le pays.

Le rapport indique que la crise provoquée par la pandémie de la Covid-19 ainsi que la situation sécuritaire continuent de plomber l’économie nigérienne, ‘’balayant au passage des années de gains durement acquis dans la lutte contre la pauvreté’’. ‘’Le pays dispose, toutefois, de plusieurs options de politique budgétaire pour améliorer l’efficience de ses dépenses publiques et gagner ainsi jusqu’à 2 % du PIB’’ relève le même rapport. Intitulé «Maximiser l’efficacité des dépenses publiques pour mieux reconstruire», le rapport analyse l’impact des crises sanitaire et sécuritaire sur l’économie nigérienne.

‘’Après avoir affiché une croissance de 5,9 % en 2019, l’économie a ralenti à 3,6 % en 2020 sous l’effet combiné de ces crises. Ce ralentissement brutal s’est traduit par une augmentation de la pauvreté avec 400 000 personnes supplémentaires qui ont basculé dans la pauvreté extrême’’ annonce le rapport qui note que ‘’les investissements devront être accompagnés de réformes structurelles et sectorielles ambitieuses visant, entre autres, à mobiliser davantage les ressources intérieures, à moderniser l’administration, y compris la fonction publique, et à promouvoir une gestion saine, prudente et transparente des dépenses de l’État’’.

Les projections pour 2021, selon toujours le rapport de la Banque mondiale, sont néanmoins positives et tablent sur un rebond de l’économie de 5,5 %. ‘’Cette croissance devrait être portée par la réouverture de la frontière avec le Nigéria, la reprise des grands projets d’investissement et la normalisation de nombreuses chaînes d’approvisionnement’’ précise la Banque mondiale. Cependant, note-t-elle, ‘’ces prévisions restent sensibles à la durée de la pandémie et de la disponibilité des vaccins ainsi que des aléas climatiques et de leurs répercussions sur la production agricole et les moyens de subsistance des populations’’.

Pour que le Niger connaisse une forte reprise économique, les auteurs du rapport préconisent une redéfinition des priorités autour de quelques secteurs d’activité clés. Ainsi, ‘’ces recommandations visent à réorienter les recettes de l’État vers les services sociaux de base et les infrastructures publiques essentielles, afin de maximiser les opportunités de croissance et de bien-être social’’ indique la banque mondiale. Ce rapport a été présenté par Paolo Di Lorenzo, économiste principal à la Banque mondiale et co-auteur du rapport qui a fait l’objet de plusieurs interrogations de la part des participants, sur les bases de son élaboration ainsi que sur les méthodes utilisées. SML/AS/ANP 0148 juillet 2021


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut