International › APA

Des étudiants ivoiriens formés sur le leadership et la médiation universitaire

Un atelier de formation sur le leadership et la médiation universitaire, organisé par la Conférence des Clubs de paix de Côte d’Ivoire, et visant 100 étudiants, s’est ouvert mercredi à l’université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, la plus grande du pays.Cet atelier, prévu sur deux jours, avec l’appui financier du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), devrait permettre de former 100 étudiants issus des Clubs de paix, des organisations d’étudiants et des syndicats, en vue de les exhorter sur la notion de la paix et la non violence. 

L’objectif de cette session est de « pacifier le milieu universitaire » aux fins qu’au sortir de l’université, les étudiants puissent s’insérer professionnellement, sans que l’image projetée par cet espace ne soit associée à la violence et obstruent les opportunité d’emploi. 

Stéphanie Koffi, présidente de la Conférence des Clubs de paix des universités de Côte d’Ivoire, a fait savoir que l’objectif est de lutter contre « les discours de haine et la violence en milieu universitaire ». 

La renommée d’une université est aussi un gage d’opportunités en termes d’emplois. Pour la Conférence des clubs de paix, outre la recherche d’un écosystème propice aux études, il faut préparer des hommes et des femmes qui portent des valeurs et un savoir-faire avéré. 

La Conférence des clubs de paix, soulignera-t-elle, s’intéresse à toutes les actions qui vont dans le cadre de la « pacification du milieu universitaire ». Et ce, en vue de créer un environnement de paix dans toutes les universités du pays.  

Sur les campus universitaires, l’on observe souvent des scènes de violences. Toute chose qui dessert les étudiants, une fois sur le marché du travail, en raison des clichés que certains employeurs ont des universités publiques.

Pour redorer l’image des espaces universitaires, lieu d’excellence d’apprentissage, la conférence initie des caravanes de la paix et des ateliers de formation, regroupant des étudiants aussi bien du public que du privé. 

« La semaine dernière, nous étions à Bassam (cité balnéaire à 40 Km au sud-est d’Abidjan) dans le cadre d’une réflexion pour une mise en place d’une plateforme avec des syndicats, des organisations d’étudiants pour collaborer » sur les questions de paix, a dit Stéphanie Koffi. 

Cette plateforme d’échanges sur les questions de paix vise la non violence en milieu universitaire et une implication de tous les étudiants. Au départ, sept universités avaient des clubs de paix, mais avec la Conférence, l’on a 12 universités publiques et privées, a-t-elle poursuivi. 

Dr Salomé Djè, formatrice de l’ONG Terre d’union, une organisation spécialisée dans les questions de paix et de cohésion sociale, a fait une communication sur les préjugés ethniques qui sont souvent sources de conflits.

Elle a relevé que les préjugés peuvent concerner des animaux, des groupes d’individus et seule l’imagination limite leur développement. Appliqués à des groupes sociaux, ils font référence à des biais positifs ou négatifs envers les membres de ces groupes. 

La Conférence des Clubs de paix sur le campus a été créée en 2017, un an après la mise en place des clubs de paix, soutenus à l’époque par l’ex-Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire, sous l’égide du ministère de l’Enseignement supérieur et celui de la Solidarité.  

Le PNUD intervient dans la réalisation de ces activités pour que la paix soit inscrite dans la pensée de ces étudiants,  qui sont les dirigeants de demain. Pour une large diffusion des communications, il apporte un « accompagnement financier et matériel ».  

L’atelier se déroule sur deux jours autour du thème « Le leadership et la médiation universitaire ». Du lundi au mardi dernier, c’était l’Université Nangui Abrogoua, dans le nord d’Abidjan qui a accueilli cette session. 

L’ouverture de l’atelier sur le campus de l’université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, a enregistré la présence de M. Jean-Baptiste Somé, représentant de la vie universitaire et de Marius Kouadio Yoboué, le président du Club de paix de l’université de Cocody. Après cette étape, le cap sera mis sur l’université Alassane Ouattara de Bouaké, la métropole du centre ivoirien. 


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut