International › APA

Guinée-Bissau: Embalo identifie les cerveaux du pustch manqué

Le président bissau-guinéen persiste dans son accusation à l’égard des cartels de la drogue d’être à l’origine de la tentative de putsch avortée dont il a été victime il y a dix jours.Umaro Sissoco Embalo, 49 ans, continue de se remettre de la terrible expérience vécue le 1er février. Au pouvoir depuis janvier 2020, il a lié le coup de force à l’action qu’il dit avoir engagée contre le trafic de drogue et la corruption. Jeudi 10 février encore, il a réitéré les mêmes propos devant la presse, en citant cette fois des noms, des personnes ayant servi l’armée mais qui ont un passé carcéral aux États-Unis du fait de la drogue.

L’ex-contre-amiral José Americo Bubo Na Tchuto, chef de la marine pendant la première décennie des années 2000, Tchamy Yala, également ancien officier, et Papis Djemé sont les trois hommes qu’Embalo a nommément accusés. Ils ont tous été arrêtés après les événements du 1er février, a dit le chef de l’État. 

En avril 2013, les trois hommes ont déjà été arrêtés par des agents des services anti-drogue américains (DEA) à bord d’un bateau dans les eaux internationales au large des côtes ouest-africaines. Selon la justice américaine, ils avaient négocié les mois précédents, avec des enquêteurs américains se faisant passer pour les représentants de narco-trafiquants sud-américains, l’importation en Guinée-Bissau de cocaïne qui aurait ensuite été redistribuée en Amérique du Nord ou en Europe, selon des sources médiatiques.

José Americo Bubo Na Tchuto avait été désigné comme un baron de la drogue par le Trésor américain. Il avait été condamné en 2016 à quatre ans de prison à New York. Tchamy Yala et Papis Djemé avaient été condamnés en 2014, dans la ville américaine également, à cinq et six ans et demi de prison. Ils sont depuis rentrés en Guinée-Bissau.

Dans la tentative de coup d’Etat qui a coûté la vie à onze personnes, le président Embalo a rapporté que « Bubo était déjà à l’état-major de la Marine et en uniforme militaire », alors qu’il était coincé à l’intérieur du Palais du gouvernement et que les combats faisaient rage dehors. « À un certain moment, j’ai entendu un des assaillants dire : +Attendez, on va l’appeler pour qu’il nous envoie des renforts+ », a ajouté le dirigeant de ce petit pays pauvre d’environ deux millions d’habitants en Afrique de l’Ouest. 

Classée dans la catégorie des narco-États par l’Office contre la drogue et le crime des Nations Unies (ONUDC), la Guinée-Bissau est considérée comme une plaque tournante du trafic de stupéfiants en provenance d’Amérique latine. C’est une situation qui fragilise les régimes politiques qui se sont succédé dans le pays. Depuis 1974, date de son indépendance du Portugal à la suite d’une longue guerre de libération, le pays lusophone a vécu pas moins de quatre coups d’Etats et de nombreuses tentatives de putschs.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut