International › APA

La position de l’Afrique sur la guerre Russie-Ukraine à la Une

Les conséquences économiques et politiques de l’invasion russe en Ukraine sur l’Afrique, la multiplication des partenariats du Maroc sur le plan diplomatique et la situation sécuritaire au Mali sont les principaux sujets traités vendredi par les médias africains consultés vendredi par APA.Au Sénégal, Tribune titre sur l’éventualité de la hausse des prix du pain, de l’électricité et du pain entre autres, en rapport avec la guerre Russie-Ukraine. Le journal sénégalais a interrogé en ce sens l’ambassadeur de la Russie dans le pays qui « accuse… ». Le quotidien table « vers une hausse vertigineuse » avant de dire « pourquoi et comment le Sénégal risque de ne pas être épargné ».

En revanche, EnQuête note que « des solutions » ont été « enfin » trouvées par les autorités sénégalaises pour une baisse des prix des denrées malgré le contexte actuel du monde. « L’Etat accepte de suspendre des taxes à l’importation et de subventionner pour une valeur de 62 milliards FCFA. (…) Gare aux commerçants qui vont refuser d’appliquer la mesure de fixation des prix », relève le quotidien sénégalais, qui a notamment interrogé le directeur du Commerce intérieur qui promet « dans quelques heures » un retour à la normale à propos de la tension sur le sucre.

Sur la guerre en Ukraine, « l’ambassadeur de Russie au Sénégal livre ses vérités » et donne son avis sur la position du Sénégal, note de son côté L’Observateur.

De son côté, Le Monde Afrique relève « l’ambiguïté de l’Afrique du Sud vis-à-vis de l’offensive russe ». Le journal français spécialisé indique que le gouvernement affiche officiellement « une position de neutralité. Mais des liens historiques étroits unissent Moscou et l’ANC (Congrès national africain), le parti du président Cyril Ramaphosa ».

Par ailleurs, « la guerre en Ukraine n’a pas ébranlé la relation entre les Etats-Unis et le Maroc », souligne Le 360.ma. En effet, « la visite au Maroc ce mardi de la sous-secrétaire d’Etat américaine, Wendy Sherman, s’est transformée en baromètre pour mesurer la solidité de la relation entre Rabat et Washington, après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Le communiqué conjoint des deux pays apporte la démonstration que les nuances ne fragilisent pas un partenariat », note le site marocain.

Sur la demande d’adhésion du Maroc à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Jeune Afrique dit « pourquoi ça coince ». « Plus de quatre ans après le dépôt de sa demande d’adhésion à la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), le Maroc attend encore. La visite en février d’une délégation du Parlement de la Cedeao à Laâyoune et la signature à cette occasion d’une déclaration conjointe seraient-elles le signe d’un prochain feu vert ? », se demande le magazine français spécialisé sur les affaires africaines.

Si cette adhésion n’est pas encore actée, le Maroc continue de diversifier ses partenariats. En ce sens, le site marocain H24info informe que « le Premier ministre mauritanien, Mohamed Ould Bilal, est arrivé jeudi à Rabat pour une visite de travail au Maroc, au cours de laquelle il co-présidera avec le Chef du gouvernement, Aziz Akhannouch, les travaux de la huitième session de la haute commission mixte maroco-mauritanienne », prévue ce vendredi.

« Le premier ministre mauritanien à la tête d’une importante délégation en visite au Maroc », renseigne de son côté le site mauritanien Sahara Media. « Au cours de ce voyage, le Premier ministre est accompagné des ministres de la Pêche, de l’Agriculture, du Commerce, de l’Habitat, de l’Enseignement supérieur et de l’Action sociale. Font également partie de la délégation des conseillers et des chargés de mission au premier ministère, l’ambassadeur de Mauritanie au Maroc et le président du patronat mauritanien », rapporte le média mauritanien.

Sur les disparitions de dizaines d’éleveurs mauritaniens à la frontière avec le Mali, Wakatsera note que « le mystère des disparus de la frontière inquiète ».  « L’affaire fait grand bruit et fâche du côté de Nouakchott dont les autorités sont prises à la gorge par des populations tristes, inquiètes et révoltées. Les Mauritaniens qui ont bruyamment manifesté leur colère, comme pour se faire entendre des deux côtés de la frontière, sur le flou qui entoure la disparition des leurs, dont des sources non officielles affirment la mort, veulent connaître la vérité. A Bamako l’option de l’omerta a été longtemps privilégiée, jusqu’à ce que les présidents malien et mauritanien, selon une annonce faite ce jeudi, ont eu des échanges téléphoniques », souligne le journal burkinabè.

Sur un autre sujet au Mali, Le Républicain indique que la cheffe des droits de l’Homme de l’ONU, Michelle Bachelet, dit regretter l’impact « des sanctions sur les Maliens ordinaires ». « Concernant le cas particulier du Mali, l’ancienne Présidente chilienne s’est inquiétée de la situation où, de son avis, +il est essentiel d’assurer une transition rapide vers la démocratie et un retour complet à l’ordre constitutionnel+. Cette nouvelle donne d’un pouvoir militaire a conduit également à +un rétrécissement de l’espace civique et du débat démocratique+ », renseigne le journal malien.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut