International › APA

L’actualité économique domine la Une des quotidiens marocains

Les réformes engagées par le Maroc, la problématique de l’emploi et les enjeux de la réouverture du point de passage de Bab Sebta sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce jeudi.+Aujourd’hui Le Maroc+ écrit que le FMI, connu pour ses prises de position « sans complaisance aucune » et parfois même “sévères” à l’encontre des pays et des gouvernements, vient pour autant de saluer les décisions et mesures courageuses prises récemment par le Maroc notamment sur le plan social.

Il s’agit d’une “nouvelle marque” de reconnaissance pour les choix, les orientations et politiques engagés par le Maroc à tous les niveaux, estime le quotidien.

La généralisation de la protection sociale et les politiques de lutte contre la précarité, ainsi que celles visant à transformer l’économie, sont autant d’options prises par le Maroc, qui malgré leur complexité ont été “décisives” quant à la résilience de l’économie marocaine face aux chocs exogènes qui se multiplient, rapporte-t-il.

+L’Économiste+, qui s’intéresse à la dernière augmentation du smig dans le secteur public, telle que prévue par l’accord social signé entre le gouvernement et les partenaires sociaux, écrit que certes, “on se réjouit de cet accord et de la sagesse de nos partenaires sociaux”, étant donné que le pays ne peut se permettre des conflits sociaux alors que les pénuries et les guerres menacent.

Mais, “puisque les fonctionnaires sont toujours les privilégiés” du travail, “on comprend que des jeunes manifestent devant le Parlement pour devenir fonctionnaires et jamais auto-entrepreneurs”.

Il est vrai que partout dans le monde les gros effectifs salariés diminuent au profit des auto-emplois isolés, mais “comment un jeune peut embrasser cette aventure quand il a vu, pendant la pandémie, tous les emplois privés menacés, des salaires perdus, et les seuls revenus maintenus, ceux des fonctionnaires”, se demande-t-il.

Il y a une cohérence à trouver entre les discours sur l’emploi, l’auto-emploi, et les attentes, sinon il se créera une “fracture”, non entre les riches et les pauvres, les patrons et les salariés, mais entre ceux qui ont la sécurité par le travail et les précaires, estime-t-il.

+L’Opinion+, qui aborde les enjeux de la réouverture du point de passage Tarajal à Sebta, relève que les habitants de la région, notamment Tétouan, Mdiq et Fnideq, pris à la gorge par la crise et une faible affluence des touristes locaux lors de la période de l’Aïd, sont à l’affût de la tant attendue annonce de la réouverture de ce poste.

Contrairement aux clichés et à la perception de la majeure partie des Marocains, les relations entre la ville occupée et l’arrière-pays nordiste sont loin de se limiter à la contrebande, car jusqu’à 2019, la grande majorité des Sebtaouis ne considéraient leur ville que comme un dortoir, passant leurs journées entre Tétouan et Fnideq où ils détiennent affaires et maisons, sans oublier les liens familiaux qui transcendent les frontières, explique la publication.

D’un autre côté, cette situation représente “une opportunité historique pour rouvrir la frontière sur de nouvelles bases”, régulariser les travailleurs marocains et leur assurer les mêmes droits que les locaux, soutient-il.

De même, formaliser et régulariser les flux financiers entre les deux côtés de la frontière est un “premier pas” pour arrimer les deux villes occupées au Maroc et surtout gagner les cœurs et les esprits, ajoute-t-il.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut