International › APA

Magal de Touba : les leçons d’un retour vers soi pour faire humanité ensemble (contribution)

Le 26 septembre prochain, la communauté mouride célèbre le départ en exil de Cheikh Ahmadou Bamba au Gabon. Selon un universitaire sénégalais, le fidèle doit procéder à une introspection à l’occasion de la commération de ce fait historique.« L’homme n’a point de port ; le temps n’a point de rive; il coule et nous passons !.. » Ces méditations poétiques d’Alphonse Lamartine sont pertinentes et s’inscrivent bien dans l’air du temps. Tout dans l’air du temps du grand Magal de Touba semblerait bien donner une injonction au temps de « suspendre son vol et aux heures propices de bien suspendre leur cours… ! »

Les jours passent et se ressemblent à Touba qui a déjà revêtu ses plus beaux et valeureux vêtements pour bien marquer la célébration du départ de Cheikh Ahmadou Bamba.  De 1895 à 1902, celui qu’on nomme Khadimou Rassoul, le serviteur du Prophète (PSL), eut à subir les plus sombres phases de l’exil pendant sept ans.

De violations de liberté individuelle, harcèlement, aux exactions les plus inhumaines, bref tout un arsenal de violences physique, verbale, psychologique voire institutionnelle eut été déployé contre sa personne pour l’intimider. En sus, tout un dispositif de privations de nature à le contraindre pour se parjurer et renier sa foi en Dieu et son amour envers son prophète Mouhamed (PSL) eut été également en place.

Face à tout cela, on ne saurait ne pas s’interroger sur le pourquoi de cet humble serviteur du Prophète (PSL), préféra-t-il la célébration du jour de son départ d’exil fait d’épreuves et d’endurances à la célébration du jour de son retour triomphal dans sa famille ?

La réponse à cette question gît confortablement dans les propos du Cheikh dans son panégyrique intitulé YA Rahman Yarahim : « J’ai pardonné à tous mes ennemis pour la Face de Dieu…ô Dieu fait de mon retour d’exil un facteur de Félicité pour mon peuple et préserve le de l’Enfer au Jour du Grand Rassemblement …ô Dieu tu m’as gratifié du mois de Safar des bienfaits ni l’acquisition, ni l’odyssée, ni les armes ne permettent de t’obtenir ».

En conviant ses disciples à la célébration de son départ vers les épreuves au lieu de son retour triomphal, le Cheikh a su que ce n’est qu’à travers les épreuves et les endurances que l’Homme accèdera à l’Ineffable qui s’adresse à son esclave par ce verset coranique : « Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits. Et fais la bonne annonce aux endurants, qui disent quand un malheur les atteint : “Certes, nous sommes à Allâh et c’est à Lui que nous retournerons.” ; ceux-là reçoivent des bénédictions de leur Seigneur ainsi que la miséricorde ; et ceux-là sont les biens-guidés (s. Al-Baqara v. 155-157) ».

Étant en phase avec les directives et recommandations de son Seigneur, le départ du Cheikh pour l’exil devint une simple forme d’adoration pour son Seigneur et son retour une leçon d’humilité et de pardon pour toute l’humanité, par ricochet, pour toute sa communauté.

Ainsi, son acerbe plume de pacifiste, d’humaniste pleinement trempée dans les encres de l’humilité et de la miséricorde du Prophète Mouhammad (PSL) trouva bien son écho dans les paroles d’Adieu de ce dernier devant sa communauté réunie à Mont Arafat pour l’écouter pour une dernière fois.

Malgré le travail abyssal abattu au cours de sa vie, le Prophète (PSL) n’était même pas sûr s’il avait bien rempli la mission pour laquelle il fut envoyée pour l’humanité. Devant cette immense foule de fidèles musulmans qui lui tendaient des oreilles attentives, le Prophète (PSL) trembla sous le poids de cette lourde mission et prit sa communauté présente en témoin pour bien et mieux rendre compte à son Seigneur sur sa mission le jour du Grand Rassemblement : « Que tous ceux qui m’écoutent transmettent ce message à d’autres, et ceux-là à d’autres encore ; et que les derniers puissent le comprendre mieux que ceux qui m’écoutent directement.  Sois témoin, ô Dieu, que j’ai transmis Ton message à Tes serviteurs. » 

Paradoxalement, le travail que ce Prophète (PSL) de l’Islam a abattu et pour son Seigneur et pour sa communauté est abyssal et ne fait l’ombre d’aucun doute. Le couronnement de son œuvre colossale est sans appel même pour les non-musulmans.  En 1854, Alphonse Lamartine tint ces propos envers le Prophète de l’Islam (PSL) : « Si la grandeur du dessein, la petitesse des moyens, l’immensité du résultat sont les trois mesures du génie de l’homme, qui osera comparer humainement un grand homme de l’histoire moderne à Mahomet ? » (Alphonse de Lamartine, 1854, p. 277-278)

 

Quelles leçons en tirer pour faire l’humanité ensemble ?

On ne saurait terminer cette contribution sans se demander pourquoi les fidèles serviteurs du Prophète (PSL) de l’Islam de la trempe de Cheikhoul Khadim qui, même au pinacle de leurs succès, minimisent-ils tant leurs triomphes et même tremblent-ils sous le poids de leurs bonnes œuvres ?  

Peut-être savent-ils une seule chose que nous ne savons pas ou négligions beaucoup par simplification : que l’EGO du Nafs, compris par les anglophones comme « Edging God Out », est un ennemi dangereux pour l’Homme car il peut être le démon dans les détails de nos bonnes œuvres à tout instant, à tout moment et en tout lieu. Cet ego peut nous faire croire que nous sommes « maîtres et possesseurs » de nous-même et de la Nature dans laquelle nous inscrivons nos actions quotidiennes, loin de tout décret divin.  

On en veut simplement pour preuve que ce qui se passe, de nos jours, dans les réseaux sociaux et certains canaux de communication tels que WhatsApp, Tiktok, Facebook, Instagram et que sais-encore ! Autrement dit, ces puissants canaux de communication sont malheureusement transformés en plateformes de règlement de comptes, de calomnie, d’insultes confrériques et de division. Plus grave encore, ils sont devenus des moyens par le truchement desquels l’intolérance se le disputent avec l’arrogance et l’indiscrétion qui frôlent presque la folie humaine.

Souvent galvanisés par certains médias populistes et certains journalistes alimentaires qui surfent sur le buzz,  que de Sénégalais  bombent leurs torses publiquement pour avoir simplement aidé une personne dans le besoin ; que de Sénégalais  clament publiquement leur grandeur après avoir tiré d’affaires une personne  dans des difficultés financières ; que de Sénégalais crient urbi et orbi « détenir » des pouvoirs surnaturels pouvant nuire à ses semblables ; que de  Sénégalais utilisent une parcelle de leurs pouvoirs professionnel et confrérique pour se tailler la part du lion en opportunités de boulot, de logement et tenir les plus démunis sur le carreau de la société  ; que de Sénégalais détruisent les vies d’autres innocents par le maraboutage, le charlatanisme, les falsifications et la calomnie ; que de  Sénégalais posent en fervents musulmans et accomplissent les cinq piliers de l’Islam chaque jour dans une mosquée mais continuent de noyer dans la haine de l’autre, dans la calomnie, dans la jalousie;  bref que de…que de … que de…que de…

Compte tenu de tous ces maux énumérés ci-dessus et loin d’être une affaire confrérique qu’on opposerait à une autre confrérie ou une occasion pour se faire de l’argent, le Magal de Khadimou Rassoul, nous offre l’opportunité annuelle de faire humanité ensemble pour mieux puiser dans les belles sources d’humilité et de pardon que Cheikhoul Khadim a non seulement léguées à la communauté mouride mais aussi à l’humanité toute entière.

Du point de vue individuel, le Magal de Touba est également une occasion annuelle de voyage intérieur de soi vers soi pour mieux neutraliser la dimension bestiale qui vit en nous et qui peut toujours surgir en serpent de mer pour retarder et/ou couper court notre envol angélique vers l’Ineffable où l’Homme vit sa plénitude.

Pour ne pas libérer cette partie bestiale enfouie en nous, gardons bien les sages paroles de Blaise Pascal et évitons surtout de faire l’ange dans toute circonstance de célébration car quiconque fait l’ange fait aussi la bête.

Dr. Moustapha Fall, enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal)


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut