International › APA

Mali : la société civile sénégalaise apporte son soutien

Une délégation de la société civile sénégalaise, qui séjourne depuis mercredi dernier à Bamako, a été reçue en audience par le Premier ministre de transition, Choguel Kokalla Maïga.Malgré les sanctions politico-économiques de la Cédéao, les sociétés civiles ouest-africaines semblent soutenir les autorités de la transition au Mali. La partie sénégalaise, après avoir organisé une grande mobilisation le 28 janvier dernier  à Dakar, a décidé de renforcer son soutien en effectuant un déplacement dans la capitale malienne.

La délégation, conduite par le président d’Imagine Africa, Pierre Sané, ancien sous-directeur général de l’Unesco, est composée de Mamadou Diop dit Decroix, député et ancien ministre, ainsi que du célèbre activiste et militant panafricaniste Guy Marius Sagna. Elle voulait ainsi  exprimer sa solidarité avec le peuple malien dans « la crise diplomatique née de l’ingérence intempestive de la France dans les affaires intérieures » de ce pays.

« Le Mali et le Sénégal sont des peuples jumeaux issus du même utérus qu’ont été l’Empire du Mali et la Fédération du même nom. Nous avons conquis l’indépendance dans la même lutte et fait nos premiers pas ensemble en tant qu’État indépendant. Tout ce qui atteint le Mali nous touche et la lutte du peuple malien est notre propre lutte », ont indiqué les membres de la délégation sénégalaise dans le communiqué ayant sanctionné leur visite jeudi.

Pour M. Sané, interrogé par la suite par certains médias locaux, leur déplacement était motivé par la volonté de venir à l’écoute des autorités maliennes afin d’avoir « une compréhension plus fine » sur l’évolution de la situation sécuritaire, l’impact des sanctions de la Cedeao et les futures étapes dans le combat pour leur abolition. Il était question pour eux de s’imprégner du niveau de mise en œuvre des conclusions des Assises nationales de la refondation (ANR) et l’évaluation du Premier ministre sur le rapport du Mali avec la France en ce moment.

Résistance

Recevant jeudi ses hôtes dans une rencontre élargie à certains membres de son gouvernement, le Premier ministre Choguel Maïga a remercié les premiers pour « l’esprit de solidarité et la mobilisation de soutien réussie à Dakar » en fin janvier, avant de faire le bilan détaillé des progrès réalisés par le gouvernement depuis la« rectification de la trajectoire » de la Transition le 24 mai 2021. Pour le chef du gouvernement de transition, « la Cedeao veut ramener tout le problème du Mali à une question électoraliste ».

Par ailleurs, il a évoqué avec les Sénégalais la mise en place par le gouvernement d’un « Mécanisme de Concertation » pour soutenir la dynamique de la poursuite du dialogue avec la Cédéao, l’Union africaine (UA) et la communauté internationale, sur des questions « concernant la conduite de la transition ».

Ce cadre de dialogue devrait aboutir à un nouveau chronogramme pour les élections. Toutefois, « si on n’a pas d’accord avec la Cédéao, nous allons rentrer en résistance », a-t-il prévenu, demandant d’emblée à ses interlocuteurs de continuer à sensibiliser les dirigeants de leur pays afin que ces derniers adoptent une autre grille de lecture sur la situation du Mali.

Depuis le 9 janvier dernier, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) a mis sous embargo le Mali après que les autorités militaires de la transition leur ont proposé un chronogramme de cinq ans révisable avant l’organisation des élections. L’instance sous-régionale a ainsi prononcé de lourdes sanctions allant de la fermeture des frontières au sein de l’espace sous-régional au gel des avoir au sein de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao), en passant par la suspension des échanges commerciaux autres que les produits de première nécessité.

Ces mesures, décriées par une grande partie de l’opinion, placent de nombreux citoyens ouest-africains dans le désarroi. « Même pour se dire bonjour, on se met de chaque côté de la frontière. C’est pitoyable », déplore un habitant de Kidira, ville sénégalaise frontalière du Mali.

Cependant, l’institution sous-régionale  a, dans une longue note technique sur le Mali, tenté de justifier ses sanctions. « La Cédéao demande seulement aux autorités de la transition militaire de permettre aux Maliens de choisir eux-mêmes leurs dirigeants » par l’organisation d’« élections démocratiques ».


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut