International › APA

Niger : hausse des atrocités commises par les groupes armés

L’année en cours a été particulièrement meurtrière pour le Niger, où plusieurs civils ont perdu la vie.Le bilan est lourd. Plus de 420 civils ont été tués lors d’attaques et de massacres perpétrés en 2021, selon l’ONG Human Rights Watch. Les assauts menés par les groupes armés depuis janvier 2021 ont également provoqué le déplacement de dizaines de milliers de personnes dans l’ouest, souligne la même source.

« Des groupes islamistes armés semblent mener une guerre contre la population civile dans l’ouest du Niger. Ils ont tué, pillé et brûlé, semant dans leur sillage mort et destruction et brisant des vies », a déclaré la directrice du Sahel à Human Rights Watch, Corinne Dufka, citée par le communiqué parvenu à mercredi à APA.

Les neuf attaques documentées par Human Rights Watch ont eu lieu entre janvier et juillet 2021 dans des villes, villages et hameaux des régions occidentales de Tillabéri et Tahoua, situées près des frontières du Mali et du Burkina Faso.

Depuis 2019, cette zone a connu une hausse spectaculaire des attaques contre des cibles militaires et, de plus en plus, contre des civils par des groupes islamistes armés affiliés à l’État islamique et, dans une moindre mesure, à Al-Qaïda.

Partant de ce constat, l’ONG estime que les groupes islamistes armés devraient cesser tous les abus contre les civils et les autorités nigériennes devraient intensifier leurs efforts pour protéger les villages vulnérables.

Par ailleurs, Human Rights Watch dit avoir déjà fait état des abus commis par les forces de sécurité du Niger, notamment plus de 150 meurtres et disparitions forcées présumés lors d’opérations antiterroristes menées en 2019 et 2020.

Une enquête de la Commission nationale des droits de l’homme du Niger a documenté, selon l’ONG, la disparition forcée de 102 de ces personnes et localisé 71 de leurs corps dans des fosses communes.

Les autorités nigériennes devraient prendre des mesures urgentes pour mettre fin à la recrudescence de meurtres de civils, a ainsi déclaré Human Rights Watch. À cette fin, préconise-t-elle, Niamey devrait établir des réseaux d’alerte rapide, réduire les délais de réponse de l’armée aux villages menacés et créer des comités formés de civils, de forces de sécurité et d’organisations de la société civile pour identifier et répondre aux besoins urgents de protection.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut