International › APA

Sénégal: 90% des prélèvements en eau vont à l’agriculture (officiel)

L’agriculture consomme l’essentiel des volumes d’eau douce extraits définitivement ou temporairement des sources souterraine ou de surface, a affirmé mercredi à Dakar un officiel sénégalais.Dans le monde, plus de 733 millions de personnes vivent actuellement dans des zones de stress hydrique élevé ou critique et environ 1,2 milliard d’individus vivent dans des zones gravement touchées par des pénuries d’eau. Au même moment, il est prévu une augmentation de 30 % de la demande mondiale du liquide précieux d’ici 2050.

« L’agriculture est de loin le secteur le plus consommateur d’eau, représentant 72 % des prélèvements d’eau dans le monde. Au Sénégal, ces prélèvements pourraient avoisiner 90 % selon les estimations », a indiqué Khaly Fall, Directeur de la gestion et de la planification des ressources en eau (DGPRE) du ministère de l’Eau et de l’Assainissement.

Il s’exprimait à l’ouverture de l’atelier national final du projet « Mieux connaître l’eau : Vers un accès plus équitable et plus durable aux ressources naturelles pour une plus grande sécurité alimentaire
(KnoWat) » mis en œuvre depuis 2019 au Sénégal.

Dans son discours dont APA a obtenu copie, M. Fall a souligné que l’accès à l’eau pour les autres systèmes alimentaires comme la pêche artisanale, l’élevage extensif, les cultures de décrue ou encore les besoins des écosystèmes naturels représentent entre 25 et 46 % à l’échelle mondiale.

A son avis, le changement climatique devrait rendre les précipitations plus irrégulières dans certaines régions et la concurrence accrue entre les différents secteurs. En termes d’accès à l’eau, les populations rurales sont particulièrement vulnérables aux changements dans l’accès à l’eau et sa disponibilité.

« Davantage d’investissements seront nécessaires dans les infrastructures d’irrigation puisque certains petits exploitants qui pratiquent l’agriculture pluviale pourraient avoir besoin d’accéder à l’irrigation pour améliorer les moyens de subsistance et surmonter la pauvreté », a ajouté Khaly Fall.

Toutes choses qui font dire à Makhfousse Sarr, chargé de programme à FAO-Sénégal, que partout dans le monde, les pays luttent pour adapter leurs systèmes agricoles et alimentaires aux conditions de pénurie d’eau, de changement climatique et de concurrence accrue entre les utilisateurs de ressources naturelles.

« Selon les tendances et les projections actuelles, la pénurie d’eau devrait augmenter ; ce qui pourrait entraîner malheureusement des tensions et des conflits entre les différents acteurs », a-t-il dit. A l’en croire, les petits exploitants, les pasteurs transhumants, les femmes et les jeunes sont particulièrement vulnérables aux changements dans l’accès à l’eau et la disponibilité de l’eau et ont moins de moyens de faire valoir leurs droits à cette ressource.

Le projet « Mieux connaître l’eau : Vers un accès plus équitable et plus durable aux ressources naturelles pour une plus grande sécurité alimentaire (KnoWat) » vise à renforcer les processus de gouvernance de l’eau dans trois pays (Rwanda, Sénégal et Sri Lanka), afin que ceux-ci soient mieux préparés à assurer la sécurité alimentaire et à s’adapter au changement climatique, à la pénurie d’eau et à la concurrence croissante pour les ressources en eau de manière équitable et durable.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut