International › APA

Sénégal : les fonds Covid « malmenés », Macky Sall garde le suspense

Les quotidiens sénégalais parvenus mercredi à APA évoquent principalement le traitement des cas de malversations des fonds publics sous le magistère de Macky Sall, le président sénégalais qui refuse toujours de fournir une réponse claire sur son éventuelle candidature à l’élection présidentielle de 2024.L’Observateur s’indigne face au « vol en plein régime », notant une « culture d’impunité face aux malversations persistantes » dans la gestion des fonds publics sous l’ère du président Macky Sall. Le journal fait allusion aux différents rapports des organes de contrôle de l’Etat dont le dernier en date est celui de la Cour des comptes sur la gestion des fonds destinés à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Ces rapports font régulièrement état de cas de détournement de deniers publics sans qu’il n’y ait une suite judiciaire, dénonce-t-il.

« Je compte proposer une loi de révision des missions de l’Inspection générale d’Etat (IGE) », promet l’ex-Premier ministre Aminata Touré, qui s’est rangée maintenant dans le camp de l’opposition après sa brouille avec le régime de Macky Sall sur la question du troisième mandat et sa non désignation pour être la candidate du pouvoir pour diriger l’Assemblée nationale après avoir dirigé la liste de la coalition présidentielle aux élections législatives de juillet dernier.

Bés Bi constate aussi que « des ministres (sont) mouillés » après avoir lu le rapport de la Cour des comptes consacré à la gestion des fonds Covid-19 pour les années 2020 et 2021. Interpellé pour expliquer comment la subvention de plus de 400 millions a été utilisée, le directeur de l’administration générale et de l’équipement (Dage) du ministère des Sports, Mamadou Ngom Niang, « admet la violation, sollicite la tolérance et cite le ministre Matar Ba », l’ancien chef de ce département, note le journal qui relève que « plus de 313 millions (ont été) indûment payés à des non membres du Comité de gestion des épidémies ».

Sous un autre angle, Walf Quotidien estime que « les Dage paient pour tout le monde » dans ces détournements découverts dans les ministères par la Cour des comptes. Le journal se demande ainsi s’ils ne sont pas les « agneaux du sacrifice ». « Ce sont ces fonctionnaires qui iront au casse-pipe, au nom du principe de l’irresponsabilité comptable et pénale de leurs ministres. Des ministres que la loi protège et qui ne répondent – politiquement – que du président de la République qui peut, si ça lui chante, ne pas renouveler leur +contrat+ dans le prochain remaniement », déplore le journal, appelant dès lors à la révision de cette « législation inique ».

L’écho suscité par cette série de malversations de fonds publics rappelle à Sud Quotidien la « gouvernance sobre et vertueuse » prônée par le président Macky Sall au début de son premier mandat, en 2012. A un peu plus d’un an de la fin de son deuxième mandat, le chef de l’Etat sénégalais a « manqué » ce « rendez-vous » de la sobriété dans la gestion des deniers publics, critique le journal.

Alors qu’il est appelé à donner une réponse claire sur son éventuelle candidature pour l’élection présidentielle de 2024, Macky Sall souligne dans Le Soleil : « Quand je me déciderai, je le ferai savoir au peuple sénégalais ». La Constitution sénégalaise indique depuis le référendum de 2016 que « nul ne peut faire plus de deux mandats consécutifs », mais ses partisans et certains juristes estiment que le président Sall va terminer en 2024 son premier mandat quinquennal. En revanche, ses adversaires et d’autres acteurs de la société civile soulignent qu’il n’a pas le droit de se représenter pour multiples raisons, dont celle morale.

« Il est normal que je sois critiqué dans mon action politique, pas seulement dans mon travail de président », tente de répondre Macky Sall à ses détracteurs dans Vox Populi. « Il est clair qu’aujourd’hui il n’y a pas de débat juridique. Que je sois candidat ou non, c’est ma décision. Quand je me déciderai, je le ferai savoir au peuple sénégalais », a-t-il ajouté.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut