International › APA

Sénégal : Macky Sall déterminé à préserver les forêts casamançaises

Malgré le récent accrochage avec les rebelles du MFDC, le chef de l’Etat a réitéré la volonté du Sénégal à préserver ses forêts « à tout prix », a appris APA mercredi de sources médiatiques.« Nous allons préserver notre forêt, quel que soit le prix à payer », a sèchement répondu Macky Sall devant la presse allemande qui l’invitait à se prononcer sur la libération des soldats pris en otage par Salif Sadio, le chef de la branche armée du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MDFC).

Ce groupe irrédentiste implanté au sud du Sénégal survit depuis quatre décennies au prix de trafics de tous genres, la coupe du bois en particulier. Le 24 janvier dernier en Gambie, pays partiellement enclavé au Sénégal, des affrontements ont eu lieu entre soldats sénégalais membres de la Mission ouest-africaine en Gambie (Ecomig) et rebelles. Quatre militaires sont tués alors que sept autres pris en otage sont libérés après trois semaines.

Dans une vidéo où il s’entretient avec des journalistes et diffusée en boucle sur les réseaux sociaux, Salif Sadio déclare que les soldats sénégalais avaient traversé la frontière et attaqué ses bases. L’armée sénégalaise a précisé de son côté que les combats sont survenus « dans le cadre d’une action de sécurisation et de lutte contre les trafics illicites, notamment contre l’exploitation criminelle du bois sur la frange frontalière avec la Gambie ».

Selon le journal sénégalais Le Quotidien, Macky Sall s’est réjoui de voir ces compatriotes recouvrer la liberté, remerciant au passage toutes les personnes qui ont rendu cela possible. Il s’agit en premier lieu des médiateurs de la communauté italienne Sant’Egidio, de la Croix Rouge internationale et de la mission de la Cedeao en Gambie (MICEGA).

En de toutes ces actions, le président Sall a indiqué que l’Etat sénégalais ne permettrait pour aucun motif « les coupes sauvages » dans ses forêts, celles casamançaises en particulier.

La Casamance est le théâtre d’un des plus vieux conflits d’Afrique depuis que des indépendantistes ont pris le maquis après la répression d’une marche en décembre 1982. Après avoir fait des milliers de victimes et ravagé l’économie, le conflit a persisté à basse intensité. Le Sénégal s’emploie à normaliser la situation et a entrepris de réinstaller les déplacés.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut