International › APA

Sénégal : numérisation des paiements pour booster l’économie

La numérisation de 50 % des paiements des travailleurs du privé injecterait 45 milliards de FCFA additionnels à l’économie sénégalaise par an.La conclusion de l’étude parvenue à APA est sans équivoque : il est primordial d’accompagner le développement de la numérisation des salaires des privés de manière responsable et inclusive. En effet, souligne le rapport, adopter une telle pratique permettrait de constituer un socle solide pour développer de nouvelles opportunités sociales et économiques. Parmi celles-ci, il y a notamment la création d’un « pont » entre le monde des travailleurs formels et celui des travailleurs informels.

Selon les auteurs du rapport, là où les travailleurs formels évoluent avec des contrats, des feuilles de paie, une couverture sociale, etc., les travailleurs précaires ne bénéficient d’aucune forme de protection sociale. Numériser la paie protègerait les plus précaires d’entre eux et permettrait d’étendre la couverture sociale à tous.

Chaque travailleur précaire, porteur d’un compte de Mobile Money, sur lequel il est obligatoirement identifié et qui perçoit les salaires de son employeur, pourrait par exemple bénéficier d’une offre de couverture maladie comme celle de la Couverture Maladie Universelle (CMU). Et cela, d’autant plus que, côté travailleurs, ils sont 77 % à s’être déclarés prêts à recevoir leurs paiements de manière numérique s’ils étaient associés à l’accès à la couverture maladie universelle, fait remarquer le document.

Cette couverture annuelle supportée et subventionnée à 50 % par l’Etat sénégalais, devient bien plus accessible par le paiement de 3 000 FCFA pour tout travailleur. Dès lors, les travailleurs précaires pourraient accéder à une protection sociale minimale, à des services de santé moins chers, de proximité et présents partout au Sénégal.

Par ailleurs, indique le rapport, ce type d’offre sociale poussée conjointement par les entreprises privées et l’Etat serait un catalyseur fort de développement de l’inclusion financière et de la participation à l’économie des femmes. En outre, cette mesure créerait une véritable valeur ajoutée pour l’ensemble des acteurs de la numérisation des paiements.

D’une part, les entreprises employeuses de cette main d’œuvre disposeraient d’un levier de fidélisation ; d’autre part, l’Etat bénéficierait d’un effet de communication de masse sur son programme social pour étendre la couverture santé à tous.

Contribuer à la transition numérique des PME

Encore peu sensibilisées à ces problématiques, les PME sénégalaises ont le taux de numérisation des salaires le plus bas (7 %). La digitalisation des salaires peut ainsi devenir un véritable tremplin vers leur transition numérique. Mais pour ce faire, note l’étude, ces PME ont avant tout besoin de comprendre la plus-value de la digitalisation, et d’offres globales, comme par exemple le paiement digital des salaires couplé à la mise en place d’une base de données du personnel.

Ainsi, des campagnes de sensibilisation et de formation seraient nécessaires. Elles permettraient de mieux informer les utilisateurs, et de les convaincre des risques liés aux espèces, des bénéfices de la digitalisation et de la fiabilité des services financiers digitaux.

La sensibilisation pourrait être menée au niveau des directions des ressources humaines, des représentants du personnel et des syndicats, afin qu’ils deviennent, chacun à leur niveau, des prescripteurs du changement. Les associations des professionnels des ressources humaines pourraient en ce sens être d’excellents relais, suggèrent les auteurs de l’étude.

A travers la numérisation des salaires, l’administration publique et les régulateurs pourraient aussi communiquer massivement sur les dispositifs de contrôles et d’encadrement des services financiers digitaux mis en œuvre pour protéger les consommateurs.

Un mécanisme de Bonus / Malus récompensant les entreprises qui digitalisent leurs flux, la promotion de la numérisation des salaires supérieurs ou égaux au SMIG / SMAG ou encore la taxation de l’utilisation des espèces sont autant de pistes concrètes qui pourraient être appliquées par l’administration publique, conclut le rapport.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut