International › APA

Technologie: Huawei lance en Côte d’Ivoire le Programme «Graine de l’avenir 2020»

Le géant chinois des Télécoms, Huawei, a lancé lundi à Abidjan l’édition 2020 du Programme « Graine de l’avenir », visant à former sur la transformation digitale de jeunes étudiants sélectionnés via un concours dans les grandes écoles et universités du pays.Pour cette année, 30 étudiants dont sept filles ont été sélectionnés et bénéficieront d’une bourse de stage de deux mois en Côte d’Ivoire, où les meilleurs, retenus à l’issue d’un nouveau concours devraient suivre une formation en Chine, mais qui se tiendra à partir d’Abidjan via le système e-classroom à distance, en raison de la Covid-19.   

Le lancement solennel de cette édition, la troisième, a été fait par M. Lassina Konaté, représentant le ministre de l’Économie numérique et de la poste de Côte d’Ivoire, et le vice-président en charge des Relations publiques pour l’Afrique subsaharienne de Huawei Northern Africa, M. Loïse Tamalgo.

M. Lassina Konaté, par ailleurs, directeur de l’Économie numérique et de la poste de Côte d’Ivoire, a invité les étudiants bénéficiaires de ce programme à saisir cette « opportunité » pour raffermir leurs compétences dans le domaine de la transformation digitale.  

Ce groupe de télécoms chinois se veut une entreprise citoyenne. Selon M. Tamalgo, Huawei croît en l’éducation comme étant la fondation du développement d’un pays et d’une entreprise, c’est pourquoi la société investit chaque année 10% de son revenu dans la recherche appliquée et le développement. 

« Pour nous, l’éducation est le fer de lance de notre travail, mais aussi de notre politique de contribution au développement des pays où nous intervenons », a-t-il dit, avant de déclarer qu’en Côte d’Ivoire l’entreprise « croît en une jeunesse qui va étonner tout le monde en termes de technologie».

Au plus fort de la crise de la Covid-19, « nous avons constaté les solutions que les jeunes ont développé en Côte d’Ivoire et en Afrique pour répondre à des situations difficiles », a-t-il poursuivi, évoquant une contextualisation des solutions aux problèmes du continent. 

 Le Programme « Graine de l’avenir (Seeds for the future, en anglais)» est à sa troisième promotion en Côte d’Ivoire. Débuté en 2017, il n’a pas pu avoir lieu en 2019,  selon M. Loïse Tamalgo, « en raison de certaines conditions », sans autres précisions.  

Il a conseillé les lauréats à beaucoup lire les résultats des recherches et à se challenger, afin que ce soit « le départ de la recherche de la connaissance parce qu’il faut que la tech africaine émerge et que nous retrouvions une place sur l’échiquier mondial parce que l’heure de l’Afrique arrive, absolument». 

Mme Rita Atta, la directrice en charge des établissements publics de l’enseignement supérieur de Côte d’Ivoire, représentant le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, a salué la responsabilité sociétale de l’entreprise. 

Ce programme « s’intègre aux différentes réformes mises en œuvre dans l’enseignement supérieur et qui vise à aligner la formation, la recherche et l’innovation sur les besoins de l’économie » du pays, a-t-elle fait observer. 

L’avènement d’une société digitale ne peut se faire sans le déploiement de compétences humaines capables de mettre en place et gérer des technologies toujours plus pointues, a souligné la directrice en charge des établissements publics de l’enseignement supérieur de Côte d’Ivoire. 

Yannick Kouamé, porte-parole des étudiants de l’Esatic, a salué cette initiative qui leur permettra d’être compétitifs sur le marché de l’emploi. Quant à Célestin Amon, étudiant à l’INP-HB, il s’est félicité de cette aubaine qui leur donnera d’acquérir des expériences technologiques avancées. 

Au terme de la formation sur ce programme qui s’achève vendredi, il est prévu selon M. Loïse Tamalgo, un prix du groupe traduisant une « expression de leur talent et de leur excellence que nous voulons reconnaître » pour avoir été « gagnant à ce concours ».  

Les lauréats de cette promotion proviennent notamment de l’Institut national polytechnique Houphouët-Boigny (INP-HB,  public), de l’Ecole supérieure africaine des TIC (ESATIC,  public), de l’Institut des sciences et techniques de la communication (ISTC Polytechnique, public), de l’Institut des technologies et spécialités (ITES, privé) et de l’Institut universitaire d’Abidjan (IUA, privé). 


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut