International › APA

Arrivée à Abidjan des 46 soldats ivoiriens condamnés au Mali

Le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a accueilli ce samedi 7 janvier 2023 ces militaires à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, en présence du vice-président, des membres du gouvernement et des familles des soldats.L’avion transportant ces 46 militaires, un appareil de l’armée de l’air, a atterri sur le tarmac à 23h43 (GMT, heure locale). Le président Ouattara, le drapeau ivoirien en main, a salué chacun de ces soldats qui foulaient le sol de leur patrie, après près de six mois dans les geôles à Bamako.

Ce retour a été retransmis en direct sur la RTI 1, la première chaîne de la télévision nationale. « Nous sommes en direct, il est minuit et demi, mais nous sommes en direct parce que nous voulons que la Nation entière, tous les Ivoiriens soient témoins du retour de nos soldats », a déclaré M. Ouattara.

« Mes chers soldats, je voudrais que vous soyez rassurés que vous n’avez absolument rien à vous reprocher (…) vous étiez allez en mission, c’était d’ailleurs la 8e rotation pour six mois, la mission n’a pas été facile, mais vous voilà de retour six mois après. Je dirais mission accomplie », a-t-il lancé.

A l’endroit des familles des soldats, le président ivoirien Alassane Ouattara a souligné que ce fut « des moments douloureux » pour eux, mais également pour lui en tant que chef de l’Etat, et chef suprême de l’armée parce que c’était sur ses instructions que ces soldats sont allés au Mali.

Et ce, « pour apporter la paix à ce pays frère et ami, et voilà que malheureusement pour des problèmes administratifs, une terrible incompréhension s’est installée entre nos frères Maliens et nous. Mais, je voudrais vous remercier de votre patience et de votre compréhension », a-t-il expliqué.

« Aujourd’hui, ils sont de retour (nos soldats) et je dois dire qu’ils sont des héros, bravo », a affirmé M. Ouattara, ajoutant que « nous n’avons ménagé aucun effort pour leur retour » et a rendu un hommage au président togolais Faure Gnassingbé, le médiateur dans la crise entre Abidjan et Bamako.

Il a salué également son « jeune frère et fils Umaro Embalo », président en exercice de la Cedeao, les chefs d’Etat de la sous-région, du continent et même au-delà, tous ceux qui s’y sont impliqués pour que « cette incompréhension soit levée », ainsi que le secrétaire général de l’ONU.

« Quelles que soient les incompréhensions, les frères arrivent toujours à se comprendre et à se retrouver et c’est ce qui s’est passé avec nos frères Maliens. Nos soldats et nos enfants sont aujourd’hui de retour, bravo à vous ; bravo, la diplomatie a payé », a-t-il relevé.

« Nous estimons qu’avec un pays frère et ami, il n’était pas nécessaire d’avoir une voie autre que celle de la diplomatie. Et, je me réjouis de vous voir aujourd’hui de retour sur la terre ivoirienne, nous sommes heureux pour vous, heureux pour nous, pour vos familles et pour la Nation », a-t-il poursuivi.

M. Ouattara a par ailleurs souhaité que le Mali « retrouve la paix et arrive à combattre le terrorisme, l’insécurité pour faire des élections démocratiques et constitutionnelles dès l’année prochaine comme arrêté d’un commun accord entre les autorités maliennes et la Cedeao ».

Plus de 1,2 million de Maliens vivent en Côte d’Ivoire. Pour M. Ouattara, « il fallait tout faire pour maintenir ces liens séculaires, d’amitié et fraternels entre la Côte d’Ivoire et le Mali », se disant « heureux qu’on règle ce problème sans autre difficulté ».

Le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Téné Birahima a laissé entendre être « un homme heureux ce jour, heureux parce que cela fait bientôt six mois que les Ivoiriens sont dans l’angoisse » et ces soldats, partis dans le cadre de la recherche de la paix, ont été détenus.

M. le président « vous avez évité de croiser le fer avec le pays frère du Mali et nous avons aujourd’hui, ce que nous attendions, la libération de nos soldats. Nous venons de Lomé, où nous avons à votre demande transmis au président Faure Gnassingbé, vos remerciements, pour sa médiation et sa détermination pour une sortie heureuse de cette situation », a-t-il fait savoir.

Dans un discours, le lieutenant Adam Kouassi Sanni, le chef de détachement de ces soldats, a au nom de l’ensemble des militaires libérés, traduit « la joie » qui les anime et la quiétude, indiquant qu’ils sont « très heureux et soulagés de retrouver la mère patrie ».

Le président de la Transition, chef de l’Etat du Mali, le colonel Assimi Goïta, a accordé le vendredi 6 janvier 2023 la grâce avec remise totale de peines aux 49 soldats ivoiriens condamnés par la justice malienne pour « crimes d’attentat et de complot contre le gouvernement ».

Arrêtés à Bamako le 10 juillet 2022, et soupçonnés d’être des « mercenaires », ils étaient accusés également d’atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, détention, port et transport d’armes et de munitions de guerre ou de défense intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle et collective.

Après deux jours de procès devant la Cour d’assises de Bamako, en audience spéciale, 46 soldats ivoiriens ont été condamnés le vendredi 30 décembre à 20 ans de réclusion criminelle. Trois soldates, libérées en septembre ont, elles, écopé la peine de mort par contumace.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut