International › APA

Attaque de Mondoro : élan de solidarité autour de l’armée malienne

Les réactions continuent de pleuvoir après l’attaque terroriste de vendredi 4 mars contre le camp militaire de Mondoro, au centre du Mali.L’ampleur du carnage chez les soldats maliens a poussé le colonel Assimi Goïta, président de la transition, à décréter un deuil national de trois jours. Près de trente de ses frères d’armes ont perdu la vie contre soixante-dix terroristes dans ce village de la région de Mopti (centre), selon le bilan provisoire établi par l’armée malienne.

« La nation endeuillée continue à pleurer ses morts », indique Maliweb alors que Sahel Tribune note que les soldats ont été pris de court cette fois malgré leur montée en puissance sur les djihadistes. Ce faisant, les pertes subies à Mondoro par l’armée constituent « le plus lourd bilan depuis le début de la nouvelle année ».

« J’ai appris avec grande consternation l’attaque terroriste survenue à Mondoro au Mali contre les Forces armées maliennes. Je condamne fermement ce crime odieux et adresse mes condoléances aux autorités de la Transition, au peuple malien ainsi qu’aux familles des victimes », a réagi sur Twitter le président de la Commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat.

Lundi, au dernier jour du deuil national, les drapeaux sont en berne sur les bâtiments publics. Un élan de solidarité s’est créé autour des FAmas (forces armées maliennes) qui ont perdu des hommes. Hier, les ressortissants de Mondoro résidant à Bamako ont organisé une réunion au cours de laquelle ils ont affiché leur soutien.

Débandade jihadiste

« Nous, nous soutenons l’armée nuit et jour. L’armée, c’est nous. Là où je vous parle, les populations sont inquiètes. Et vraiment, nous sommes désolés. C’est une désolation parce que les autorités n’ont pas pu répondre à temps. On aurait souhaité qu’ils puissent faire une contre-attaque avant qu’on nous attaque », déclare Soumaila Morba, membre de l’organisation, là où un de ses camarades s’inquiète d’une possible crise humanitaire dans son village.

« L’une des recommandations phares des terroristes, c’est d’exiger de la population de se désolidariser de l’armée en place à Mondoro. Et notre regroupement d’aujourd’hui, c’était de faire barrage à cette requête des groupes armés », souligne Oumar Ongoiba, secrétaire général de l’association, renseignant que son village d’origine est coupé du monde.

Il souhaite que l’action militaire soit accompagnée du retour du réseau téléphonique et d’actions de développement.  « C’est une course contre la montre et d’ici l’hivernage, nous souhaitons que la situation soit réglée à Mondoro pour que les gens puissent cultiver, pour que les gens puissent faire l’élevage, pour que les gens puissent faire paître leurs animaux », lance-t-il.

Malgré ces craintes, l’armée malienne, dans un nouveau communiqué publié dimanche soir, a indiqué que « la situation est sous contrôle dans la zone de Mondoro ». « Un groupe de seize militaires ayant continué le combat dans le secteur nord-est de Mondoro a pu être récupéré et a confirmé l’ampleur des dégâts subis par les groupes armés terroristes », selon les FAmas.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut