Société › Education

Brigi Rafini face aux questions des enfants pour la journée des droits de l’enfant

Le Premier Ministre,  Brigi Rafini, s’est prêté, ce lundi 18 novembre 2019, aux questions des jeunes enfants présentés comme des journalistes. Cette cérémonie a été organisée en prélude à la célébration, le 20 novembre prochain, de la 30ème Journée internationale des droits de l’enfant.

La cérémonie s’est déroulée en présence notamment de la Ministre en charge de la Protection de l’Enfance, Mme El Back Zeinabou Tari Bako, et de la Représentante Résidente de l’UNICEF au Niger, Dr Félicité Tchibindat. Une dizaine d’enfants, âgés de 6 à 15 ans, ont, entre autres demandé au Premier Ministre où en est le Niger dans l’application de Convention relative aux droits de l’enfant adoptée par l’ONU le 20 novembre 1989, mais aussi comment son Gouvernement compte-t-il mettre les enfants du Niger dans leurs droits ?

Les « enfants-journalistes » ont, en outre, voulu savoir un peu plus sur les mesures que le Niger entend prendre relativement à la situation de leurs camarades qui ne vont pas encore à l’école, ceux qui sont confrontés à l’insécurité, notamment au niveau des Régions de Diffa, Tillabéry et Tahoua, ou encore sur la gratuité de l’école publique, etc.
En réponse, le Chef du Gouvernement nigérien a d’abord tenu à informer ces jeunes enfants que le Niger a pratiquement ratifié tous les textes relatifs aux droits de l’enfant, cela conformément à l’engagement pris le 19 janvier 2011 par le Président de la République Issoufou Mahamadou lors d’une rencontre avec les enfants du Niger, alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle.

Après avoir rappelé que les parents aussi bien que l’Etat et la communauté internationale ont le devoir de veiller à la stricte application des droits de l’enfant, le Premier Ministre Brigi Rafini, leur a promis tout le soutien de son Gouvernement dans leur épanouissement, leur protection contre tous les abus, mais aussi leur égal accès à l’éducation, à la santé, au bien-être, etc.
Relativement à la situation des enfants en zones d’insécurité, le Chef du Gouvernement nigérien a assuré que des dispositions particulières ont été prises par l’Etat et ses partenaires humanitaires pour les protéger, les nourrir et les soigner, regrettant toutefois que d’autres enfants, dans diverses parties  du Niger, ne vont pas à l’école du fait de la volonté des parents ou parce que contraints à la mendicité.

Cette situation, a-t-il indiqué, sera résolue eu égard aux dispositions que l’Etat est entrain de prendre pour abolir la mendicité, mais surtout du fait de la gratuité de l’école déclarée obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans par le Président de la République Issoufou Mahamadou, le recrutement massif des enseignants et l’amélioration de la qualité de l’enseignement.
A ces enfants, « parce que vous êtes l’avenir de ce pays que nous voulons vous laisser en pleine croissance », le Premier Ministre, à son tour, leur a demandé de remplir leur devoir en obéissant aux parents et en travaillant bien à l’école.

Et enfin, pour réaffirmer l’engagement du Gouvernement nigérien à respecter et protéger les droits des enfants, M. Brigi Rafini a procédé à la signature d’un document qui commande de prendre des mesures concrètes et réalisables, assorties d’échéances précises pour l’application de la Convention Internationale des Droits des Enfants.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut