International › APA

Burkina : nouvelle arrestation du lieutenant-colonel Zoungrana

Ses soutiens se sont opposés, dans un premier temps, à son interpellation ce mardi matin.Deux pickups de la gendarmerie, avec à leur bord six gendarmes, se sont rendus, très tôt mardi matin, au domicile du lieutenant-colonel Emmanuel Zoungrana, à Pabré, à la sortie nord de Ouagadougou. Depuis le 15 décembre 2022, il bénéficie d’une liberté provisoire après plus de 10 mois de détention pour des faits « susceptibles de recevoir des qualifications de complot, détournement de biens publics, faux et usage de faux, enrichissement illicite et blanchiment de capitaux ».

« J’ai vu des gendarmes qui sont arrivés et je leur ai demandé qu’est-ce qu’il y a. Ils m’ont dit qu’ils ont besoin de moi à la Brigade de Recherches. Je leur ai dit de s’installer dans le salon et je suis allé dans ma suite pour aviser mon avocat et c’est depuis lors qu’il y a des tractations », a expliqué l’officier supérieur de l’armée Burkinabè.

La présence des forces de l’ordre a alerté les admirateurs du Lieutenant-colonel Zoungrana. Ils se sont mobilisés pour s’opposer à une éventuelle nouvelle arrestation de leur « héros ». « C’est un acharnement politique. On lui en veut parce que c’est un bon soldat », a déploré Alain Sawadogo, un de ses soutiens

Dans une vidéo amateure de 2mn50, authentifiée auprès de son avocat Me Paul Kéré, l’accusé a une nouvelle fois, clamé son innocence et a dit être victime de complot ourdi par les « autorités politiques ». Le lieutenant-colonel a allégué avoir échappé deux tentatives d’empoisonnement lorsqu’il était détenu à la Maison d’arrêt et de correction des armées de Ouagadougou. Il a dénoncé « une tentative d’élimination physique » contre sa personne.

« C’est une tentative d’assassinat ratée contre moi et qui se transforme en accusation dilatoire contre moi », a insisté l’officier burkinabè.

Au terme des « tractations », Emmanuel Zoungrana est sorti au volant de son véhicule, escorté par les gendarmes. « Je ne sais pas où ils sont allés exactement mais ce serait probablement à la gendarmerie. Pour le moment, je ne connais pas les raisons qui font que les gendarmes veulent arrêter mon client », a affirmé son avocat, Me Paul Kéré.

Le lieutenant-colonel avait été arrêté le 10 janvier 2022 pour tentative de coup d’Etat. Par la suite, il a été accusé de déstabilisation des institutions et de blanchiment de capitaux sous le régime de Roch Marc Christian Kaboré, renversé quelques jours plus tard par des militaires ménés par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, déposé à son tour le 30 septembre par le capitaine Ibrahim Traoré. Après plusieurs demandes de mise en liberté provisoire de son avocat, l’officier a été libéré le 15 décembre dernier.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut