International › APA

Côte d’Ivoire : un institut de médecine traditionnelle sera créé à Agou

Ce projet, estimé à plus de 24 milliards de Fcfa, vise à améliorer les soins à base de plantes médicinales dans le pays, où 80% à 90% des populations ont recours à la médecine traditionnelle.Agou, localité située à 65 Km d’Abidjan, dans la Région de la Mé, devrait accueillir l’Institut national de la médecine traditionnelle. Un terrain de 30 hectares devant accueillir l’établissement a été acquis par l’Etat depuis 2015.  

A l’occasion de la 3e édition de Africa Santé Expo, la pharmacienne Anderson Camille, a indiqué devant des praticiens de la médecine traditionnelle que cet institut, qui a une vocation de recherche, offre une opportunité d’homologuer des recettes traditionnelles en matière de santé.

Jusque-là, l’insuffisance de laboratoire d’analyse complète des produits issus de la médecine traditionnelle, n’a pas permis de valoriser véritablement ce secteur. Cet institut, qui regroupe des biologistes et des médecins, devrait permettre de donner une caution à certains remèdes.

L’Institut comprendra une unité de soin mixte, notamment une médecine moderne et une médecine traditionnelle, ce qui permettra de tester et d’homologuer des médicaments traditionnels à la suite d’essais cliniques et des analyses approfondies.

Des médicaments issus de la pharmacopée traditionnelle (de la plante au médicament) sont mis au point par une pléthore de tradipraticiens. Plusieurs se résignent à révéler la composition de leurs médicaments, d’où cet institut vient mettre en confiance les acteurs de la santé.      

Cet institut va revaloriser la recherche en matière de médecine traditionnelle et donner de soigner à moindre coût des maladies qui occasionnent des traitements onéreux. Le pays enregistre d’ailleurs un taux de fréquentation des services de santé de 27,50%, selon des données publiées en 2013.  

L’Etat de Côte d’Ivoire ambitionne d’accroître le taux de production locale de médicaments de 6% à 30% d’ici à 2030. L’Institut de recherche et de développement de la médecine traditionnelle devrait permettre d’atteindre ce challenge en s’appuyant sur le potentiel culturel en matière sanitaire.

Le pays, qui envisage d’être un hub sanitaire régional, prévoit l’installation de laboratoires dans dix pôles sanitaires, ainsi que la construction d’une zone pharmaceutique. Cela devrait permettre d’encadrer et de former les tradipraticiens et favoriser une coopération entre la médecine moderne et la médecine traditionnelle.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut