International › APA

Economie et politique dominent la Une des quotidiens marocains

Les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi se focalisent sur nombre de sujets notamment la situation de la Bourse en 2022, l’économie décarbonnée, les actions de Bayt Mal Al-Qods et la réaction face à la résolution du Parlement européen à l’encontre du Maroc.+Telquel+, qui commente les résultats de la Bourse en 2022, écrit que « c’est une dinguerie, non c’est une hécatombe ! Analystes financiers, gestionnaires d’actifs, particuliers et zinzins (investisseurs institutionnels) s’arrachent les cheveux. Confrontés à une Bourse des valeurs en dévissage total, les acteurs des marchés financiers comptabilisent leurs pertes en toute impuissance ». 

Selon la publication, l’année 2022 aura été celle du choc. Le trauma peut se résumer en un chiffre. En douze mois, la Bourse a détruit 129 milliards de dirhams de capitalisation. En s’effondrant de 19,75%, l’indice de référence (MASI) a semé la désolation dans une place boursière que semblent désormais fuir les institutionnels et les investisseurs étrangers. L’introduction en Bourse à 1,3 milliard de dirhams d’Akdital, premier groupe marocain de cliniques privées, était pourtant censée redonner…, estime le quotidien.

+La Nouvelle Tribune+ rapporte que « Sustainalytics », qui identifie les niveaux de risques ESG des entreprises pour les investisseurs, a attribué cette année 2022 une note de 24.4 (en amélioration de 3.1 points par rapport à 2021) au Groupe OCP. Ce dernier se hisse ainsi à la 4ème place sur un total de 65 entreprises évaluées dans la catégorie “Agricultural Chemicals”, indique le Groupe dans un communiqué. 

Ce score, poursuit la même source, confirme la solidité des stratégies, pratiques et politiques du groupe dans le domaine du développement durable, renouvelant ainsi le caractère «Strong» (fort) de son management et gestion des risques ESG, soit le plus haut niveau de l’échelle. Dans le même registre, le CDP est un organisme indépendant qui incite les entreprises, les villes, les Etats et les régions à divulguer leurs impacts environnementaux et à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

+Le Matin+ se fait l’écho de la déclaration du ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, qui a mis en avant, vendredi à Skhirat, l’action soutenue sur terrain que mène l’Agence Bayt Mal Al-Qods Acharif, sous le leadership du Roi Mohammed VI, dans le but d’améliorer les conditions de vie des Maqdessis.

Intervenant à l’ouverture des célébrations marquant le jubilé d’argent de l’agence, le ministre a souligné que cette institution s’attache sans cesse dans l’accomplissement de sa noble mission à l’action de terrain pour préserver l’identité culturelle de la ville sainte, améliorer les conditions de vie des Maqdessis et soutenir leur résistance et présence à Al-Qods.

Le ministre, président du comité de tutelle de l’agence, a relevé qu’une telle orientation a conféré à l’agence une bonne réputation ainsi qu’un grand respect auprès des pays frères dans le monde arabe et islamique en général, et auprès des Palestiniens et des Maqdessis en particulier.

+Al Ahdath+ estime que les deux amendements apportés au «Rapport concernant la mise en œuvre de la politique étrangère et de sécurité commune – 2022», validés par le Parlement européen, ont montré le degré d’hostilité de certains milieux européens à l’égard du Maroc.

« Cela n’est pas surprenant, les progrès réalisés par le Maroc et sa politique étrangère, renforcée et diversifiée, commencent à déranger les «voisins», qui n’ont jamais lésiné pour nuire aux intérêts du royaume et porter atteinte à son intégrité territoriale », écrit le quotidien arabophone.

Aujourd’hui, des milieux hostiles sur le continent européen sont montés au créneau, n’hésitant pas à brandir l’arme du chantage, rapporte-t-il. L’objectif de la manœuvre est de forcer «le Maroc à renoncer à ses choix politiques et à ses orientations stratégiques diversifiées afin de revenir dans le giron européen», souligne le quotidien.

 C’est dans cette optique que s’inscrit la dernière campagne ayant ciblé le Maroc, note le quotidien, en précisant que cela n’a pas surpris la diplomatie marocaine. D’ailleurs, poursuit le journal, une source au sein du ministère des Affaires étrangères, qui a vigoureusement «critiqué les amendements, portés et promus par des milieux à l’hostilité avérée», a fait remarquer qu’il ne s’agit pas de la première campagne de sabotage contre les intérêts du royaume.

«Le Maroc a alerté, depuis longtemps et à plusieurs reprises, sur cette campagne acharnée qui le cible directement et individuellement», fait savoir la même source. «Il est étonnant de voir qu’au moment où certains se plaignent de l’ingérence étrangère, ils sont les premiers à la pratiquer en s’immisçant dans les affaires intérieures et les processus judiciaires d’un Etat souverain», s’est indignée la même source.

Et de rappeler que «ces soi-disant légalistes fondent leurs positions sur des allégations non-prouvées, véhiculées par certains médias, sans aucune base juridique, alors même qu’une enquête judiciaire est en cours et qu’elle n’a pas encore rendu ses conclusions».


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut