International › APA

La Cedeao table à Abidjan sur un écosystème de santé

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) veut, à travers le concept « Une seule santé », prévenir de nouvelles flambées et éradiquer les maladies zoonotiques, transmises aux hommes par les animaux.La Cedeao tient du 31 octobre au 2 novembre 2022, sur les bords de la lagune Ebrié, un atelier de validation de la stratégie régionale et du manuel de la gouvernance du mécanisme de coordination de l’approche Une seule santé.

Cette approche, selon le directeur pays de l’OMS en Côte d’Ivoire, Jean-Marie Vianny Yaméogo, vise à « considérer la santé comme une seule entité », car la santé humaine a un lien avec l’environnement et la santé animale, au regard des interactions.    

Il a fait observer que des maladies animales se retrouvent chez l’homme. Pour l’OMS, c’est de créer une quadripartite, comprenant l’Organisation mondiale de la santé animale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’OMS et ONU Environnement.

De ce fait, devant un phénomène de santé publique, ces entités peuvent se retrouver pour identifier ensemble les différentes causes d’une maladie aux fins de voir le vecteur de la pathologie et le lien d’impact sur l’homme, tout en échangeant au niveau de cette plateforme, a-t-il dit.  

Au niveau de la Côte d’Ivoire, la plateforme « Une seule santé », pilotée par la Primature, regroupe plus de 11 ministères. M. Yaméogo a souligné qu’il y a, à l’instar de tous les pays de la Cedeao, un défi de coordination de ces entités y compris les laboratoires de santé humaine et de santé animale.

Le deuxième grand défi, c’est le financement, a relevé le directeur pays de l’OMS, soulignant que l’organisation pourra ainsi adresser efficacement les différentes problématiques. Le troisième défi, lui, concerne la collecte de données de qualité via une plateforme unique qui va fédérer ces données.

Ouvrant les travaux de l’atelier, le ministre ivoirien de la Santé, de l’hygiène publique et de la couverture maladie universelle, Pierre Dimba, a fait remarquer que « le concept Une seule santé est relativement nouveau depuis l’émergence des maladies touchant à la fois les humains et les animaux ».

« Ce concept appelle à la fois la mobilisation et la collaboration multisectorielle, notamment les secteurs de la santé humaine, la santé animale y compris la faune et la santé environnementale pour mieux coordonner à travers les plateformes nationales, prévenir et détecter » les maladies, a-t-il ajouté.

La commissaire aux Affaires économiques et à l’agriculture de la Cedeao, Mme Mansandjé Touré-Litse, a indiqué qu’il s’agit d’« une stratégie régionale qui cible les risques sanitaires à la source telle que l’approche Une seule santé qui s’avère nécessaire pour prévenir les conséquences sanitaires chez l’être humain plutôt que de les traiter ».

Cette stratégie, renchérira-t-elle, permet de garantir des populations animales en bonne santé et un environnement sain pour une population humaine en bonne santé, chose essentielle pour protéger la planète des risques associés aux maladies zoonotiques émergentes et existantes ».

Mme Stella Gaetani, la représentante du BMZ, une entité allemande chargée de l’aide au développement économique, qui appuie la Cedeao dans ce projet, a salué le changement de paradigme utilisant l’approche Une seule santé pour prévenir les maladies zoonotiques.

 


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut