› Société

La fin des travaux de la route Maradi-Madarounfa-frontière Nigéria prévue pour fin mars 2020

La fin des travaux de la route Maradi-Madarounfa-frontière Nigéria prévue pour fin mars 2020

Le Secrétaire général Adjoint du Ministère de l’Equipement, M. Hassane Salaou a effectué ce mercredi 29 janvier, une visite sur le chantier d’aménagement et de bitumage de la route Maradi-Madarounfa-frontière Nigéria.

Il s’agit pour M. Hassane Salaou de s’enquérir de l’avancement de ces travaux qui, initialement étaient prévus se dérouler du 10 novembre 2013 au 10 juillet 2015, mais qui ont connu plusieurs délais avenants suite aux difficultés.

Les travaux de cette route prendront fin au 31 mars 2020, selon le dernier délai du Ministère de l’équipement.
Financés à hauteur de 78,33% par la BOAD et l’Etat du Niger, 21,67%, ce projet d’un peu plus de 28 milliards de FCFA pour de 106 km à savoir, le tronçon Maradi-Madarounfa ; le tronçon Madarounfa-Jibia (Nigéria) et le tronçon Madarounfa Douhoun Bara (Frontière Nigéria). La partie inachevée est de 19 km sur le tronçon Madarounfa-Gabi- Gurbin Bauré au Nigéria. Le taux d’exécution des travaux est de 83% pour un délai consommé de 95%.

L’exécution de ces travaux est assurée par l’entreprise chinoise CGCOC Group avec Techni Consult comme bureau chargé du Contrôle des travaux.
Le Directeur général des grands travaux au ministère de l’équipement, M. Alio Amine a indiqué que « des instructions ont été données à l’entreprise pour la finition de l’axe principale qui est la chaussée à la fin du délai de 31 mars 2020 ».
L’entreprise chinoise a émis un certain nombre d’inquiétudes liées à l’aspect sécuritaire. Sur ce point, les autorités régionales « nous ont rassuré qu’elles ont pris toutes les dispositions pour assurer la sécurité de l’entreprise et des travailleurs sur ce chantier » a-t-il rassuré.

Le Directeur général des grands travaux a indiqué que d’autres inquiétudes, telles que l’approvisionnement en pièces de rechange, en carburant ont été soulevées. Il a indiqué ce problème avec la douane qui sera résolu par les autorités régionales.
Toutefois, il a indiqué qu’il y a un autre problème, celui du paiement de la partie Etat réclamé par l’entreprise. « Nous avons pris bonne note, nous allons saisir qui de droit afin d’apurer une partie des arriérés » a devait-il ajouter.
Il a rassuré que si toutes les difficultés évoquées ici sont résolues, les 19 km qui restent seront effectivement revêtus dans les délais, hormis les travaux connexes qui pourront être réalisés après.





Commentaire

À LA UNE
Retour en haut