International › APA

La réforme du système éducatif ivoirien doit intégrer le digital (sociologue)

L’école doit évoluer avec les réalités et les défis du moment, selon la sociologue Ténin Diabaté, qui appelle à la prise en compte du digital dans la réforme du système éducatif ivoirien, en cours.

L’école, selon l’époque, « doit prendre en compte les réalités du moment, l’informatique et la digitalisation », a dit à Abidjan mercredi professeur Ténin Diabaté, lors d’une table ronde sur les états généraux du système éducatif ivoirien. 

Cette table ronde, organisée par la Convention de la société civile ivoirienne (CSCI), à travers sa Commission jeunesse, éducation, emploi et migration, avait pour thème « Les modalités d’évaluation dans le système éducatif ivoirien pour un enseignement de qualité ». 

Selon les constats de plusieurs observateurs, ces dernières années, le système éducatif ivoirien dans son ensemble présente des « failles », ce qui a entraîné une baisse du niveau des élèves.  

La Commission de la jeunesse de la CSCI note « le manque de motivation pour le travail des enseignants » d’une part et leur recrutement souvent basé sur la facilité d’autre part, ce qui influence leur productivité et le niveau scolaire des élèves. 

Pour elle, le cadre offert par le gouvernement et le ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation avec l’idée de faire les états généraux de l’éducation constitue une opportunité pour réformer le système éducatif ivoirien.

« Il faut un État fort qui n’a pas peur de faire des réformes », a estimé le professeur en sociologie Ténin Diabaté, qui souligne que le cadre institutionnel doit permettre une éducation efficiente et le développement du capital humain. 

Tout le monde est comptable de la dégradation du niveau scolaire des élèves, a-t-elle martelé, faisant savoir que les parents, premiers éducateurs de leurs enfants, ont démissionné. 

Déjà, dans le cocon familial, le parent doit amener l’enfant à l’entrepreneuriat, tout comme l’école, ce qui est une piste d’emploi pour l’apprenant, a indiqué Mme Ténin Diabaté, appelant à développer l’art et la compétitivité chez les élèves. 

Le coordonnateur national de la CSCI, M. Mahamadou Kouma, a pour sa part soutenu que l’école doit forger la personnalité. De ce fait, elle doit permettre une socialisation de l’apprenant. 

Cette table ronde de la CSCI vise à faire des propositions au ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation et au gouvernement en vue de l’amélioration du système éducatif en Côte d’Ivoire. 

En termes de recommandations, la Commission jeunesse, éducation, emploi et migration, propose que le gouvernement reconsidère le mode d’octroi des agréments pour l’ouverture des écoles. 

Ensuite, elle invite l’Etat à mettre en place une bonne politique de suivi et d’évaluation des établissements homologués afin de susciter un regain d’intérêt pour l’école en primant les plus méritants afin de promouvoir l’excellence.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut