Politique › Sécurité

Les commissions de défense et du développement rural et environnement présentent leur rapport de mission

2ème session ordinaire 2019 de l’Assemblée nationale

(Agence Nigérienne de Presse)- Réunis en plénière, ce jeudi 22 octobre 2019, les parlementaires ont suivi la présentation des rapports de missions effectuées sur le terrain pendant l’inter-session de la Commission de la Défense et de la Sécurité (CDS) et celle du Développement Rural et de l’Environnement (CDR /E).

Pour rappel, la commission de la Défense et de la Sécurité  a effectué une mission de terrain dans les régions de Tahoua du 21 au 27 Juillet 2019 et Diffa du 06 au 15 avril 2019.
L’Objectif général des missions parlementaires d’information et de sensibilisation est de contribuer à restaurer la paix et la securité dans notre pays afin que le développement économique et social redevienne l’unique priorité de l’action publique.

Les membres de la commission ont constaté entre autres la présence des éléments de Boko Haram  tout au long du bassin du lac Tchad ; la multiplication des attaques à main armée et autres enlèvements contre rançon ; L’absence totale de l’Etat malien sur la bande frontalière avec la région de Tahoua  .la vétusté de certaines infrastructures des FDS ; l’engagement de la population à collaborer efficacement sur les questions de sécurité et de développement avec les autorités civiles et militaires.
La commission Défense et Sécurité recommande, à cet effet, au gouvernement la création d’un centre de formation professionnelle ;  la réhabilitation des infrastructures  des FDS vétustes dans les deux régions sous état d’urgence ;  le renforcement du maillage sécuritaire dans les deux régions sous état d’urgence et d’œuvrer pour le retour des refugiés dans leur pays d’origine.

Selon cette commission les missions parlementaires conduites dans la région de Tahoua et de Diffa ont permis aux commissaires d’échanger avec les populations, les autorités administratives et coutumières et les forces de défense et de securité sur tous les sujets ayant trait à la vie socio-économique .
Quant à la Commission Développement Rural et de l’Environnement (CDR /E), qui a effectué sa mission dans les régions de Tahoua du 09 au 15 avril et à Maradi du 08 au 13 Septembre 2019  a mis à profit cette mission pour évaluer sur le terrain les actions de développement engagées par le gouvernement en faveur de la paix, traiter certaines préoccupations majeures relevant des attributions de la CDR /E  identifiées au niveau de la région hôte.

Dans la région de Tahoua, la CDR/E a constaté que malgré une situation sécuritaire sous contrôle, le chômage des jeunes et la prolifération des camps de refugiés constituent une préoccupation majeure pour la paix durable et la sécurité. Le problème d’eau reste une préoccupation majeure des populations et de son bétail dans toute la zone nord de la région, avec une plus grande acuité dans le département d’Abalak ; ce problème entraine souvent des querelles autour des points d’eau . Cette zone pastorale, difficile d’accès par manque de voie appropriée, est aussi confrontée au manque du pâturage et aux incursions des éleveurs étrangers.

A Maradi, la mission  a relevé que la situation sécuritaire de la région est relativement calme mis à part dans les départements au sud le long de la frontière avec le Nigeria comme Guidan Roumji et Madarounfa, et qui sont victimes des attaques, des enlèvements avec demandes de rançon et des vols de bétails perpétrés par des bandits armés. La mission parlementaire a aussi annoncé que les fortes pluies enregistrées au cours de cette campagne ont causé des inondations et autres catastrophes naturelles.

La CDR/E recommande au gouvernement le renforcement des actions de sensibilisation au niveau des populations afin d’obtenir leur adhésion  dans le lutte contre le terrorisme ; d’initier et renforcer les activités civilo-militaires dans les zones affectées ; assurer le suivi de gestion et du fonctionnement de la maison du paysan à travers la vulgarisation de manuel de procédure relatif aux « maisons du paysan » ; intensifier la vulgarisation des paquets technologiques et la formation des producteurs afin d’une meilleure appropriation des techniques et approches de mise en œuvre des actions de développement ; accélérer la mise en œuvre du PROSEHA pour assurer l’approvisionnement en eau des populations dans les zones difficiles d’accès.

Auparavant, la plénière a ajournée jusqu’au 30 octobre prochain à cause de la qualité des textes le projet de loi  portant Institution du Code de Procédure Pénale pour examen en procédure d’urgence immédiate.
L’Assemblée Nationale a ouvert sa deuxième session ordinaire dite session budgétaires le 25 septembre pour une durée de trois mois.



Commentaire

À LA UNE
Retour en haut