International › APA

Mali : les partisans de l’Imam Dicko refusent une nouvelle constitution

Les sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko s’opposent à l’élaboration d’une nouvelle Constitution par les autorités transition malienne.La Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’imam Mahmoud Dicko (Cmas) et d’autres associations religieuses, ont publié une déclaration, le lundi 9 janvier 2023, demandant au président de la transition, le colonel Assimi Goïta, de renoncer à l’élaboration d’une nouvelle Constitution.

Pour les signataires de cette déclaration, « ce n’est pas une nouvelle Constitution qui peut aider le Mali à sortir de la crise multidimensionnelle qu’il connaît depuis de nombreuses années ». Selon eux « les causes et la source de la pérennisation de mauvaises élections, de la mauvaise gouvernance, de l’impunité, du népotisme, de l’insécurité et du délitement de l’État se trouvent ailleurs que dans la Constitution du 25 février 1992 ».

La junte disqualifiée

Les partisans de l’Imam Dicko rappellent à Assimi Goïta qu’il n’a aucun pouvoir pour procéder à une modification constitutionnelle par un référendum alors qu’il n’est pas élu par le peuple. « Aucune disposition du droit positif ne donne compétence au président de la Transition pour prendre l’initiative de l’élaboration d’une nouvelle Constitution et de la faire aboutir par voie de référendum », fulminent-ils.

Outre la demande adressée au chef de l’Etat de renoncer à son projet de nouvelle constitution, les signataires ont également informé qu’ils ne participeront pas « à la rencontre du 12 janvier initiée par le ministère de l’Administration Territoriale dans la perspective de l’organisation du référendum sur le projet de nouvelle Constitution ».

Cette déclaration intervient à quelques semaines de la convocation du collège électoral pour le scrutin référendaire prévu en mars prochain. Ce, alors que le texte de cette nouvelle Constitution qui doit être adopté par le Conseil National de Transition – organe devant légiférer n’est toujours pas prêt.

En effet, alors qu’une première commission mise en place depuis juillet 2022 n’a remis l’avant-projet de la nouvelle charte fondementale qu’au mois d’octobre 2022, le président de la transition a mis en place le 19 décembre, une autre Commission chargée cette fois-ci « de la
finalisation
du projet de la nouvelle
Constitution
de la République du
Mali ». Ce qui fait craindre à de nombreux observateurs un glissement du calendrier électoral.

Signalons que comme ces signataires, nombreux sont ceux qui estiment le moment inopportun pour l’élaboration d’une nouvelle Constitution. Ils soutiennent que le mieux serait plutôt de procéder à des révisions pour adapter la Constitution du 25 février 1992 aux réalités du moment. Certains estiment même que la tâche de l’élaboration d’une nouvelle Constitution devrait être confiée à des autorités démocratiquement élues. D’autant que le texte en cours de finalisation comporte des dispositions qui ne font pas l’unanimité.

La laïcité dénoncée

Cette sortie des partisans de l’Imam Dicko est une sortie de mise en garde quand on connaît l’influence du religieux sur les derniers évènements politiques dans le pays. En effet, l’Imam Dicko, a joué un rôle déterminant dans la mobilisation populaire qui a provoqué le coup d’État militaire contre le régime d’Ibrahim Boubacar Keïta le 18 août 2020.

Une influence qui va au-delà des frontières maliennes, puisque le célèbre religieux est nommé membre Permanent de la Ligue Islamique Mondiale. Il fait ainsi son entrée dans le bureau des Ulémas de cette grande organisation.

Par ailleurs, outre les partisans de l’Imam Dicko, d’autres milieux religieux se sont opposés à ce projet de nouvelle constitution. Il y a quelques jours, c’était l’actuel président du Haut Conseil Islamique (HCI), Cherif Ousmane Madani Haïdara qui dirige une association religieuse présente à l’échelle internationale, qui était monté au créneau pour exprimer son malaise quant à « l’exclusion » des religieux dans les institutions de la transition et la persistance des difficultés qui ont fait partir l’ancien régime.

D’autres leaders religieux n’hésitent pas à sonner l’alerte pour dire qu’ils ne voteront pas en faveur de la nouvelle Constitution au cas où elle comporterait le concept de la laïcité qui, selon eux est la raison pour laquelle des offenses contre la religion musulmane ont été observées récemment dans le pays. La tension monte de plus en plus alors que cette année est considérée comme charnière par beaucoup d’observateurs en raison de plusieurs élections qui devraient y être organisées.


Commentaire

L’Info en continu
  • Niger
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.10.2019

Les réserves naturelles de l’Aïr et du Ténéré

Grande aire protegée d’Afrique, les réserves contiennent principalement le massif de l’Aïr et une partie du désert de Ténéré, le fameux « désert des déserts…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut